patois lozère pièce de théâtre guerre 14 18

Loin du front en patois.

 

 

 

 

001-2-3.jpg 

Lieux:

 

Hameau de Haute Lozère. Deux maisons habitées .Le Vialas Haut. Agriculteurs propriétaires Petits paysans.

 

Salle commune de la maison de Baptiste.

 

Décor unique. Table, chaises paillèes. Une armoire. Une lampe à pétrole.

 

Fenêtre permettant de voir le chemin qui monte au hameau.

 

Deux portes, la porte d'entrée et une porte qui communique avec l'étable.

 

 

Personnages:

 

Deux couples de paysans dont les deux fils sont au front: Baptiste et Eugénie Chabrand  (en hommage à Giono), parents d'Eugène.

Louis et Cécile Mallet, parents de Lucien.

 

 

Cécile. Dévote. Superstitieuse. Illettrée.

 

Louis.Avare. Se veut rusé. Autoritaire. Prétentieux et têtu. Conservateur.

 

 

 

 

Eugénie. Soumise mais manipulatrice.

 

Baptiste. Anticlérical, antimilitariste. Beaucoup d'humour. Porté sur la bouteille.

 

 

 

On ne voit jamais les deux soldats.

 

 

 

Quand:

 

De la déclaration de guerre à la démobilisation des deux fils.

 

Les deux couples se rendent visite, seuls ou ensemble.

 

Baptiste ou sa femme peuvent aussi aller chez les voisins.

 

 

Déroulement.

 

 

 

Mobilisation. (Glas. L'affiche...)

 

Le livret militaire du fils. (page de couleur. Où doit il rejoindre? Quel jour?)

 

Les gendarmes et les déserteurs.

 

Le père va amener les hommes à la gare avec la charrette. Au retour il raconte.

 

La première lettre.

 

Les réquisitions.

 

Le père va voir le maire pour savoir si c'est régulier.

 

Le conseil de révision à la mairie et le neveu jugé apte.

 

La lettre du père au fils. Il la lit à sa femme.

 

Le maire monte le chemin.

 

Mère en prière. Baptiste et Dieu.

 

Le maire continue jusqu'au hameau suivant.

 

La cérémonie mortuaire racontée.

 

Le facteur qui ne s'arrête pas.

 

L'attente.

 

Lettre du front.

 

Le colis.

 

La vente du pré Grand.

 

La première permission.

 

Le cauchemar. (La mère raconte...)

 

La mère rapporte: les exécutions, la passerelle, les fraternisations etc...

 

La première permission du fils des voisins.

 

Sa mère raconte: mutisme. « J'en ai trop vu etc... »

 

La bonne blessure. « C'est moi que j'ai sauvé la vie à.... »

 

Lettre de l'hôpital.

 

Permission de convalescence.

 

Retour au front.

 

Fils des voisins: prisonnier.

 

Dernière lettre.

 

Démobilisation.

 

Retour au foyer.

 

Le champ rendu.

 

Réadaptation.

 

 

 

 

 

Départ en ville du fils des voisins qui veut vivre autrement. (Marqué profondément, culpabilise, hanté)

 

Le fils de Baptiste et Eugénie: un homme nouveau. (L'espoir. La joie de vivre. Optimisme.)

 

 

 

 

 

Tout au long de la pièce des lettres sont lues:

 

lettres écrites au fils par le père.

 

lettres du fils.

 

lettres du fils des voisins.

 

Les lettres des soldats sont de vraies lettres.

 

Dans un premier temps les dialogues sont écrits en patois. Je sais qu'alors ça "sonne juste".

 

_________________________

 

Scène 1. La mobilisation.

 

5 août 1914  

 

 

Une cloche sonne le tocsin. Les coups s'espacent. Un ultime coup et c'est le silence. (oiseaux, vache qui meugle... vent?)

Eugénie est sur le pas de la porte. Elle appelle.

 

- Baptisto! Baptisto!

- Ka sa dé qué sounabo?

Un homme s'approche, ils entrent tous les deux, elle devant.

Baptisto. - Y o lou fioc en ticon, pré shur.

Eugénie. - On béï pas jis de fun.

Baptisto - Quoouqué oustaou qué brulo té disé.

Junie - Moun Diou!

Baptisto - Mé semblo qu'on souna tabé a Flourènsa.

Junie - Biras qu'ouron bouta fioc a quoouqué bouos! Faron brula lou païs. Amè bousta fumario tabé!

M'as bé fa brula lou parapleyo tu, en parapleyo tou noou!

Baptisto - A couo arribo. Eï bouü bida ma pipo, l'éï picado soubre lou manchi d'aquello puto de parapleyo, me chui pas rendu couonté.

Junie - A couos pas dé ta faouto... A couos jiamaï de ta faouto. Toun pèro éro coumo tu. Mè rapèlè

Il l'interrompt.

Baptisto - Couos pas lou moumèn dè sé desputa, Junie. Aquellos camponos, a moun idèyo, a couos pas lou fioc. Eï bis l'ina dè Bidagué escala lou ron dè Fenestro, o troumpetta peï o crida ticon. Très cos.

Junie - Et dè ko crida?

Baptisto: La traberso m'ou èmpourtabo. Ou eï pas coumprès.

Junie - Sainto Bierjio ajuda nous! Dé qué s'és pouü passa! En éfon sè saro perdu baï...

Baptisto - Tè, bè Louïs qué mouonto. Nous ou diro guel dé qué s'es passa, bè dè Tribouos.

 

Il sort sur le pas de la porte.

 

- Hé Louïs! Dè qu'on souna?

 

Il sort. On l'entend parler à voix basse. Il revient accompagné de Louis et s'efface pour le laisser entrer.

 

Baptisto - Saco tè Louïs.

Eugénie - Achaba d'entra. Disè, dè qué sounaboun?

Louis - Ma paouro Junie, l'y sèn!

Eugénie - Dè què li sèn? Dè què sè passo?

Louis -  Prèquè crèsè què lou guardo o dit dè tènè las eguos prestos prè la réquisichiou duminchi? A couos la guerro. (en français) Mobilisation générale!

Eugénie - Moun Diou!

Louis - N'ana abèdrè bèzoun dè bousté bouon Diou!

Baptiste - Cha bè y moustra la pouorto tabè èn d'aquelles Allèmans. Nous pouèn pas lissa manjia la lono soubré la testo! A moun idèyo a couo saro leou bis.

Eugénie - Et moun pèlio d'Ujièno?

Louis - Boust' Ujièno faro coumo lès atrès. Anaro sè battrè et tournaro. Lou nouostré part dèmo mati. A la garo et zou Sènt-Estiènnè.

Eugénie - Dèmo mati?

Louis - Oï, habèn aguacha din soun libret et couos marka.

Eugénie - Couos marka din lou bibrè?

Louis -  Soubré la felio amè dè roso. La dato di dépar et l'affectachiou en cas de moubilisachiou. L'o soun librè Ujièno?

Eugénie - Saïk' oï. Les gindarmos l'habion empourta pré lou mèttrè a jiour mais l'on tourna pourta la primo.

Baptisto - End' ou lou tè?

Eugénie - Din soun armaji, amè sès papios.

Baptisto - Baï lou quèrè, ou aguacharèn.

 

Elle sort.

 

Baptisto - Toutès nè tournaron pas.

Louis - Nè s'èn bè tournas natrès et quand on y pènso habèn quand mèmo aü coouquès bouons jiours.

Baptisto - Pas guaïrès baï. Belco dè misèro.

 

Eugénie revient avec le livret militaire d'Eugène. Elle tend la feuille rose à son mari.

 

Eugénie - Aguacho ou tu. Shui émouchiounado, ou troubaréï pas.

Baptiste - Ou bèsè pas. A couo l'is pas marka.

Louis - Faï beïré. (Il prend la feuille des mains de Baptiste) Le premier jour suivant la mobilisation générale au 86 ème régiment d'infanterie au Puy en Velay.

Eugénie - Pas démo quand mémo!

Louis - A couos èscrit.

Eugénie - Dé qu'anèn fa?

Elle commence à pleurer.

Baptiste - Bas pas coumènssa a tè désèspèra! As lou tèns! Es pas èncaro parti!

Eugénie - Aquèl pelio d'éfon! A la guerro! Nous mancabo pas qu'acouo! Et préqué s'amasso pas ayaro, ès parti qu'éro pas jiour!

Louis - Faï feïro et èn jiour coumo uèï partiron pas son boiuré èn cop maï èn atré. A couo sè coumprèn, a couos pas souben la moubilisachiou!

Baptiste - Saron pas frèssès quand tournaron. Faron dè capétènlos!

Eugénie - Lou bouostré tabé ès a la feïro?

Louis - Pardi. Es ana bendrè èn bedel.

Baptiste - Ouro dè dè qué pagua à biouré! Té manjiaro lès quatré soous!

Louis - Boutarèn qué la bacho o paji fa dè bèdel...

Eugénie - Crèsè ka couos lou moumèn dè dirè dè nechisios? Bous randè pas couonté! S'èn èn guerro!

Louis - Sabè Junie, à moun idèyo ou bèsè trop èn nègrè. Lou fè ès à la gronjio, prè la missou bous bilarèn la mo, sakaré boustas quatré truflos et l'on qué bè boust' Ujièno saro aqui prè fènira. I pu tard. Couo pouo pas dura...

Eugénie - Couo duraro bè toujiours prou! Cha pas belco dè tèns pré attapa la mouort à la guerro.

Baptiste - Li sèn! Es pas parti qué mè lou beï mouort! Parlo dè malhur et couo o mèmo pas coumensa!

Louis - Couos sa mèro... Natrès tabé, Céchilo s'esfrayo. Las fennos soun coumo couo.

Les hommes trinquent.

Louis - (en français) Santé.

 

 

 

 Scène 2. Le départ.

 

 

Baptiste entre.

 

Eugénie – Mè nè faras pas d'atros!

 

Baptiste – Dè qu'eï fa encaro?

 

Eugénie – M'as embléda sa museto!

 

Baptiste – Couo m'estouno pas! Habio chouffa la machino hièr et aquèsté mati durmio dreï. O durmi entro la garo! Habèn de chianco dé pas habèdrè embléda lou sa.

 

Eugénie – Li pouyos pas pensa tu à sa museto? L'abio pousado soubré la parè de l'houor. Dé qué manjiaro? Y habio bouta èna bouono pesso dè lar, èna soussicho

 

Il l'interrompt.

 

Baptiste – Couo baï bé, Junie. Mè bas pas diré la messo, la sabè! Manjiaro amè les atrès. Partajiaron. Saïcé toutès ouron pas èmbléda la muséto!

 

Eugénie – Beleou lou Luchien li bilaro èn paou dè sa biasso.

 

Baptiste – Aqui un qué m'o pas soula dé paraoulos. D'habitudo sè la barro pas, l'éï pas èntèndu.

 

Eugénie – Et à la garo, ka y habio?

 

Baptiste – Y éroun toutès! Touto la junèsso de préquis!

Lou Goungou habio pas pu èna goutto de bi! Y habion déjia netejia l'oubèrjio!

 

Eugénie – Ka touo di?

 

Baptiste – Guel. N'éro y désèspouèr! Prèn cop qué y habio dè soous à prènè, habio pas pu dè founs.

 

Eugénie – Saï qué té chios pas arrèsta pré biouré?

 

Baptiste – Habèn trinca. Eï trinca amè moun garçou qué partio à la guèrro, couo sè coumprèn.

 

Eugénie – Lou Goungou habio pas res pu a bèndré, l'ouberjio éro rasclado mais habè trinca.

 

Baptiste – S'èn dè la classo amè Jiousè. Nous o sèrbis dè sa boutelio persounèlo. N'abio bésoun!

Sal l'éffè ka couo m'o fa Junie tout aquello junèsso qu'espérabo dè cado las dé la bouès? (En français)

Des brebis à l'abattoir!

 

Eugénie – Taïso-tè, mè fas frémi! Chiantaboun pas, jiougaboun pas à las cartos?

 

Baptiste – N'y habio bè un , m'o sèmbla l'ina di Fabrè de Couostonegro, qué tripoutabo èn accourdéoun mais lou cur y èro pas. Cou'èro lugubré... Lès atrès l'on fa tisa.

 

Eugénie – Touto aquèllo junèsso et paji de bru...

 

Baptiste – Saboun pas èn d'ès passa lou trèn dè shièis houros. N'y o qu'éroun arribas à la garo à mejio neï. A moun idèïo né pouyon pas pu d'èspéra.

 

 

 

 

 

Scène 3. Réquisition.

 

 

 

 

On entend le chien aboyer.

 

Eugénie - Dè qu'o aquel chi? Traï èn cop d'èl prè la fènèstro, Baptisto, ï o cooucus.

 

Baptiste regarde par la fenêtre. On entend quelqu'un qui parle au chien.

 

Baptisto – Dè què saro encaro aquel pèlerin...

 

Il ouvre la porte. Eugénie s'approche de lui.

 

La voix – Hé bé Pèro Chabrand, beleou mè racounissè pas?

 

Baptiste – Saï qué chi! Shios lou Mouras d'Espinouzèto. Té chios perdu?

 

La voix – Noun pas, noun pas. Trabali pré la jindarmario aïaro.

 

Baptiste – T'on pas bouu à la guerro?

 

Eugénie – (à mi voix) Baptisto...

 

La voix – T'on imario. Tou lou moundé mè mouostro di dé: préqué es pas ana sé battré aquel ? I o èn bouon homè précouo! Couos pas ena bido. Mais m'ont pas près, eï lès pèsès maou fénis, péro Astio, bogué pa res prè la marchio.

 

Baptiste – Shios bé mounta èntro ichi!

 

La voix – A maï, iei prou pati!

 

Baptiste – Et disès qué trabais près jindarmos?

 

La voix – En pelio dé mestio mais cha bé manjia. Réquisichiouné.

 

Baptiste – Ou cha bé fa. Mais ichi y o parè a réquisichiouna. Lou bouon jiour à ta mèro.

 

Il va pour rentrer et refermer la porte.

 

La voix – Espèra èna menuto lou pèro. Bènè pré boustas chiabros.

 

Baptiste – N'éï pas jisos.

 

La voix – N'habè très. A couos marqua soubré ma fèlio.

 

Baptisto – Soun crébados. Manièro d'épidémie. Couo arribo.

 

Eugénie – Baptisto!

 

La voix – Bous las paguaron. Couos prè la troupo, près Arabès.

 

Baptiste – Tè disé qué soun crébados.

 

La voix – Mè churo tourna amè lès jindarmos. A couos oublijia coumprènè? Couos prè la guerro!

 

Baptiste – Pré la guerro! Mais l'asadoularèn pas aquello salo guerro! Les homès, la èguos, la bachos, la fédos et ayaro las chabros! Mè damouoro èn paou dè gro. Lou bos? Ka sa sè nous quitaro lès èls pré ploura ta puto dè guerro?

 

La voix – Couos pas ma guerro!

 

Baptiste – Tu la guèrro tè nourris! Noust' Ujièno la guèrro nous lou monjio!

 

La voix – Escouta, pèro Chabrand, coumprènè mè. Aquesté mati lou responsablé m'o bila la fèlio: Chabrand Baptiste Le Viala Haut Trois chèvres. Bènè achata las chiabros et dèmo las bendron quèrè...

 

Baptiste – Escouto mè, Mouras d'Espinousèto, mas chiabros soun pas à bèndrè. Las eï, las guardé.

(en français) Demi tour et bonne route!

 

La voix – Rafusa?

 

Baptiste – Rafusé.

 

La voix – Ourè dè mas noubèlos.

 

Baptiste – A couo nous faro plazè mais tè churo pas escriouré trop soubèn.

 

Il entre et referme la porte.

 

 

 

Scène 4. Visite au maire. Conseil de révision.

 

Eugénie est en train de préparer la pâtée des cochons. La porte s'ouvre et Baptiste entre.

 

Eugénie - Ah shios aqui quan mèmo! Tu, sèntès lou bi. Chios passa prè l'ouberjio de la Lébrado! Et maï d'en cop!

Baptiste - (en français) A l'aller et au retour, Madame. Habio besoun d'èstrè ramounta!

Eugénie - Dé qué t'o di Pièrrè?

Baptisto - M'o di qué fajio pas bouo èstrè mèro aquesté moumèn. O pas èna mènuto a guèl et pas qué dé courbados. 

Eugénie - Pré las chiabros, dè què t'o di?

Baptiste - M'o di qu'habio bièn fa de l'enbouya préména lou Mouras. A couos èn saloupiot dé Marsèlio qué las achato pré soun couonté.

Eugénie - Mais lès jindarmos?

Baptisto - Li graïsso la patto et lou laïssoun fa.

Eugénie - Et dé qué né faï dé toutos aquellos chiabros?

Baptisto - Las bèn ès arabos son passa prè l'armado, bènè dè t'ou diré.

Eugénie - Mais la réquisichiou?

Baptiste - Dè mèssounjios!

Eugénie - N'y diou abèdrè maï dé un qué s'és fa atapa...

Baptiste - I chubio bila èn bouon cop dè pè i kio en d'aquel Mouras d'Espinousèto. Beleou lou contrécop i ourio bouta lès pèsès d'aplouns et zou... à la guerro! Quand pènsè qué l'on rafusa et qué prénoun Jiousèlou...

Eugénie - Jiousèlou? Aquel dè Bertho? Ma paraoulo shios banda!

Baptiste - Bertho l'èspèrabo dabon la mairie, passabo lou cousèl dè rabijiou.

Eugénie - Jiousèlou i cousèl dè rabijiou?

Baptisto - Oï. A couos d'aqui qué chui tourna mè ramounta chiè la Lebrado: l'ont près!

Eugénie - L'ont près?

Baptiste - Parfètamèn! ( en français) Bon pour le service!

Eugénie - Et dèndus o pas di qué toumbabo di maou dé la tèrro?

Baptiste - Pièrrè ou o di, i médéchi major. L'atrè éro fouol! "J'ai des ordres moi, Monsieur le maire! Le poids, la taille, tout y est! S'il tombe on verra..."

Eugénie - Moun Diou mais i les chia toutès! Et sa mèro?

Baptiste - L'espérabo tè disé. Lou cop passa éro toumba la testo dinc èna raso, abio cujia s'estouffa. Sé dijio qu'amè aquellos émouchious pouyo fa èna criso alors, l'espèrabo.

Eugénie - Et ï as pa ré di?

Baptiste - Eï pas ouza. Mais ï eï fa coumpréné. I eï di: "N'i o pas prè longtèns qué mé passoun i cousèl, pré couo eï passa septanto, sèntè béni moun tour et sas pas Bertho, sareï bouo coumo la Roumèno!"

Eugénie - Prénoun èn pélio d'homè qué toumbo di maou dè la terro et réfourmoun aquello bestio d'Espinouzeto prè sès pèsès! Soun nèchis!

Baptiste - Les Mouras d'Espinouzèto, Bertho, sè laboun pas soubèn, soun counichus pra couo, aïmoun pas l'aïguo mais dè tout tèns ont soupu nada!

 

 

 

 

Scène 5. La lettre de Lucien.

 

On frappe.

 

Eugénie – Entra!

 

C'est mari, la mère de Lucien.

 

Eugénie – Ah? Kouos bous Céchilo? Entra, entra. Anèn biouré èna tasso dè cafè.

 

Cécile – Habè dé noubelos di bouostrè, Junie?

 

Eugénie – Oï, haben rasoupu èna letro lou lus. Ero i rapaous et sè plagno pas. Et batrès?

 

Cécile – Y o dès jiours qu'habèn parè rassoupu. Nè bènè nèchio.

 

Eugénie – Natrès tabè dè cos habèn èspèra... En co qinzè jiours! Peï habèn rasoupu quatrè lètros d'èn cop. Eroun bloucados èn ticon. Couprènè tout aquèl moundè què èscriou, a couo pouo pas marcha coumo soubrè dè roulètos... L'i ténoun pas pè. Sè nè perd, prènoun dè ratard...

 

Cécile – Ou sabè bè ana. Natrès n'haben rassoupu uno qu'habio passa pri Maroc. Bous randè couonté? Cooucus s'èro troumpa.

 

Cécile est debout près de la fenêtre et surveille le chemin.

 

Cécile – Prosper ouro près dè ratard aneï. Précouo ès a l'houro d'habitudo. Dès houros, dès houro et mèjio...

 

Eugénie – Assèta bous. Lou shurbéliareï. Peï lou chi jiaparo kan passaro. L'èntèndrèn.

 

Cécile – On sa pas pu dèquè cha fa. Sè cha èspéra éna letro ou la crogni, dè cos qué la noubelos sarion pas bouonos. Lou mèro ès ana à la Bréjièiro aquèstè mati, Louïs l'o bis passa.

 

Eugénie – Moun Diou! A la Bréjièiro! Y o pas qué lou Jiaquè qu'ès à la guèrro à la Bréjièiro! Li saro arriba ticon... Pèlio d'éfon...

 

La porte s'ouvre et Baptiste entre.

 

Baptiste – Tè? Céchilo? Tabè èntendio parla Junie, mè pènsabè quètè co o bira carto, parlo souguo.

Y o parè dè noubel?

 

Eugénie – Espèro lou factur.

 

Baptisto – Ah... O pas èscrit? Counissèn la chiansou. Natrès tabè nous s'èn fa prou dè méchian son en cop ou l'aoutrè. L'ourè bousta letro ana. Souo qué l'io quos qu'a qu'ouos maou ourganiza. Yo trop d'encapablès... Natrès s'ès perdu èn coulis. O pas esta  perdu  pré tout lou moundé ana... N'y o la mitad què s'èn fout et l'atro mitad n'è profito.

Eugénie  - As pas bis passa lou mèro ? Sario ana à la Brèjièiro aquèsté mati...

Baptiste - A la Brèjièiro? Nou! Couos pas pouchiblé! A qouo sario lou Jiaquè alors? En garçou qué rijio tout lou tèns, qu'habio l'air dè sè foutrè di tiers coumo di quart mais qu'éro toujiours prèstè à rondré sérbice?

Il s'asseoit.

- Sa couos braï couos lou sètièmo dè la coumuno.

On entend aboyer le chien. Eugènie sort et revient avec une lettre.

Eugénie - Tènè, aqui l'habè bousta letro.

Cécile - Bila mè lo.

Elle regarde l'enveloppe. Elle l'ouvre. Elle regarde la lettre.

Cécile - Couos guèl. Couos bièn guel qu'o escrit. Eï toujiours poou couprènè. Mais couos soun escrituro.

Elle la tend à Eugénie.

Cécile - Dè què di?

Eugénie parcourt la lettre des yeux.

Eugénie - Baï bièn. Bous la boou lègi.

Cécile - Oï. Mè la cha léji précèqué iou l'escolo y anabè quand sè pouyo pas jita las fèdos et lou mèstrè ou coumprenio pas. Dijio qué lès éfons qué sè pasaboun d'escolo kan fajio souguel sè pouyon passa dè léji.

M'o parè après. Dè què di moun Luchien Junie?

Eugénie lit la lettre.

Eugénie - Le 6 octobre 1915  Chers parents. Je vais vous donner un peu de mes nouvelles que je me porte toujours très bien. Je vous dis que j'ai reçu votre lettre avec un mandat de 10 francs et puis je vous dis que y en a qui sont blessés mais moi je ne suis pas blessé. Aujourd'hui c'est leur tour d'autres demain. La guerre ça peut pas se dire ce que c'est. Nous avons été dix jours au feu sans dormir. Je finis en vous embrassant de loin. Ne vous faites pas trop de bile avec moi.

Lucien

Cécile se lève, prend sa lettre des mains d'Eugénie et se dirige vers la porte.

Cécile - Merchi. Merchi bièn. M'habè randu èn brabè sèrbisé! A couos tèrriblé sabè de pa pouïré léji. Dè cos kan y o pas Louïs, eï la lètro din las mos, sous lou nas, amè las noubèlos dèdin et nè sabè pas maï. Merchi.

La boou moustra a soun pèro. N'o pas l'air mais l'èspèro ton qué iou aquello letro. 

Elle sort.

Bapriste - Y habio pas qué la letro dè Luchièn?

Eugènie - Dè què crèsès? Bèleou l'ourio escoundudo din moun damanta sè y habio aü èna letro d'Ujièno!

N'habèn aü uno lou lus! Pouo pas escriourè cado jiour!

 

 

 

 Scène 6. La cérémonie.

 

 

Baptiste est habillé des dimanches. Eugénie va et vient, occupée.

 

Baptiste – Parlès pas?

 

Eugénie – Eï parè à tè dirè.

 

Baptiste – Dè què t'eï fa?

 

Eugénie – M'as fa ena bergougno qué jiamaï dé ma bido.

 

Baptiste – Couos èsta pu fouort qué iouo.

 

Eugénie se tait.

 

Baptiste – Eï aü touort dè m'èmpourta mais tabè aqèl cura

 

Eugénie l'interrompt.

 

Eugénie – Aquèl cura fajio soun trabal!

 

Baptiste – Soun trabal? Nous explica qué lou Bouon Diou s'abio souo qué fajio èn lissèn mouri noustès éfons,

couos aquo soun trabal? En salè mèstio!

 

Eugénie – En salè mèstio? Cura? Tu anaras èn ènfer, y couparas pas!

 

Baptiste – Tè disè què

 

On frappe. Il s'interrompt.

 

Baptiste – Entra.

 

C'est Cécile, la voisine.

 

Cécile – Bouonjiour à toutès dous. En d'ou partè Baptisto qué bous sè bè fa brabè?

 

Eugénie – Baï à la fèiro Dè Chastèlnoou et bouon dibarras!

 

Baptiste – M'ou habio prou di moun parrèn dè pas jiamaï mè marida! Qué l'ouguèchio escouta!

 

Eugénie – Sè parlès dè Touèno tè rapèlè què s'èro marida dous cos.

 

Baptiste – Justamèn! Sabio dè dè què parlabo! Arabéïré Céchilo, m'èn boou.

 

Eugénie – Et baï tè pinta, ibrougnasso!

 

Baptiste sort.

Cécile – Couo baï pas?

 

Eugénie – Mè nè parlachia pas! Aquèl pouor m'o serca desputo i cura dabon tout lou moundé à l'èntarramèn di paouré Jiacqué!

 

Cécile – Saï qué! Et dè qué l'i o di?

 

Eugénie – Lio di qué chions pas prou nèchis pr'ana ramerchia èn Buon Diou qué lissabo péri lès éfons!

 

Cécile – Dè qu'o raspoundu lou cura?

 

Eugénie – S'ès èn ana.

 

Cécile – Tabà aquèllos cérémonïos kouo diou fa èn drolè d'èffè. Manièro d'èntarramèn et pas d'èn dus à entarra...

Boustè Baptisto dubio èstrè charbira.

 

Eugénie – Cou'èro tèrriblé! Habè bièn fa dé pas béni.

 

Cécile – Sario bè benudo mais Louïs èro pas arriba dè Mèndè et la Marcado habio lou maou di bèdèl. La pouyo pas quitta.

 

Eugénie – Et l'o fa?

 

Cécile – Disè, n'o fa dous!

 

Eugénie – Dous? Aquo couos dè chianco! Dous bèdèls, dous cos lou bénéfice!

 

Cécile – Sè sè saoubon... Disè, coumo sè passoun aquellos cérémonios?

 

Eugénie – Hortenso habio bouta quatrè cièrgès atubas i quatrè couèns de la taouguo dè la cuijino. Kan tout lou moundé o èsta prèstè, o près dè sa din la pouocho dè soun damanta, l'o pousa i mitan dè la taouguo et lou cura o di:

« Nous veillons le corps absent de Jacques Chaurent mort à la guerre. Il était le sel de la terre. » Ticon coumo aquo.

 

Cécile – A couos tout?

 

Eugénie – A couos tout. Tout lou moundè s'es bouta à jinouls et lou cura o attaqua la prièros dès mouors.

 

Cécile – Peï lou cura bous o parla?

 

Eugénie – Couos aqui ka couo s'ès guasta. Aquèl paourè cura o bouu nous ajuda, a couèro lugubrè, las fennos plouraboun, les èfons plouraboun. Les homès n'èroun pas luèn. Lou cura o bouu dirè què lou Boun Diou sabio souo què fajio et Baptisto l'o embouya prèmèna.

 

Cécile – Bouè soouprè dè què nè pènsè Junie?

Lou bouon Diou, tè près Allèmans aou bè tè prè natrès? Pourrio chuji soun camp! Boustè Baptisto o bièn fa!

 

 

 

 

Scène 7. Le dèserteur. Le prè du moulin. 

 

 

 Baptiste et Louis sont assis à la table.

 

Louis - Aquel Garrel dè Roumagnac, qu'o dèserta, lès faï courrè lès jindarmos!

 

Baptiste – Tè disè qué l'ataparon pas!

 

Louis – Bélèou pas tout dè shuito mais féniron bè prè l'atapa. Sè chiro...

 

Baptiste – Ka sa èn d'ès! Y o èna sèmono què les jindarmos lou sercoun, ena sémono, tè rondès couontè? Pouo èstrè luèn!

 

Louis – Sè l'atapoun pas ichi, l'ataparon pu luèn. Es shignala.

 

Baptiste - Parèï qué n'ïo qué passoun èn Espagno. Aqui rescoun pas res.

 

Louis – Couo faï dè routo!

 

Baptiste – Sè prèn lou trèn...

 

Louis – Resco pas. Couos shurbelia!

 

Baptiste – Et bè marcharo... O l'habitudo. Après dous ons dè guerro la marcho li diou pas fa poou...

 

Louis – Noust'Ujièno o fa soissanto kilomètrès lou mès passa son tout aro s'arresta. Soissanto! Amè tout soun barda.

 

Baptiste – Guèl soun barda, l'o quitta à la garo. Espérabo lou trèn amè lès atrès et tout à m'en cop s'ès unbougua. Damourabo pas qué lou sa et la capoto.

 

Louis – Kan idèyo? Désèrta... Y o pas bouü tourna.

 

Baptiste – Sè bouyo pas fa troucha la pèl.

 

Louis – Sè toutès fajion coumo guèl!

 

Baptiste – Probo qu'habio prou pati. Li tirareï pas la peïro. O bouhu souba sa bido!

 

Louis – Noustè Luchièn, prè pati, patis! Mè dit: «  La guèrro? Tè pouos pa imagina! » Mais l'eï faïto li raspouondè. Bo pas res èntèndré. Aquello guerro, pré

gèl, couos pirè qué l'enfer di catéchisme. Oï, patis Luchièn, mais ès benu dous cos èn permichiou et dous cos y o tourna. Nous faro pas déshounur!

 

Baptiste – Taïso-tè, Louïs, taïso-tè! Lou miou, bèsès, mè dirio escoun mè, l'escoundrio! A la gronjio, à l'establè, près bouosès! Sè m'ou damandabo, l'èscoundrio! Aquèlès què lès coumondoun, n'ont pa jis d'hounou! Et soun trop paguas. Lès fon mouri prè dè galouns! Les traitoun coumo dè bestios! N'ont fa dè bestios Louïs dè noustès éfons§! Soun pas raspectas...

 

Louis – Couos pas tu qué parlabès dè li moustra la pouorto ès Allèmans à la moubilisachiou?

 

Baptiste – Y o dous ons, mè randio pas couonté...

 

Louis – La guerro es la guerro. Ena guerro son mouors sario pas la guerro. Tè, ka couo fenichio tout aquèl chirqué, qué s'amassoun et merchi bièn.

 

Baptiste – Tournaron pas toutès...

 

Louis – Justamèn. Tè bénio parla dè ticon. Eï ena coumichiou à tè fa. Sas, moun nebou, lou Jian dè Baladio, pechiaré, o esta lou prémio tua dé la coumuno, hè bè sa mèro bo bèndrè soun pra di mougui et tè pourtario la prèfèrènco.

 

Baptiste – L'ou bos pas tu aquèl pra?

 

Louis – N'habèn bè prou natrès.

 

Baptiste – Couos à réfléchi. Kon n'è bo?

 

Louis – T'ou dirèï pas, ou sabè pas. Mais à moun ideyo sario razounablo.

 

Baptiste – Et disès qué mé pourtario la préférenso?

 

Louis – Tè boou dirè ticon, entrè natrès Louïs, entrè natrès. D'uno shios mèstrè tout lou tour di pra di mougui.

 

Baptiste – Couos braï, y o pas qu'èna pèsso qu'ès pas moino, ès di castillan mais la foou èn fèrmo. As di dè uno. Et dè douos?

 

Louis – Dé douos? I eï expliqua què tu pouyos pagua. Tè, èmplè mè lou beiré, mou dubès bè.

 

 

 

 

Scène 8. La lettre à Eugène. 

 

 

Baptiste écrit à la table de la cuisine.

 

Eugénie entre.

 

Baptiste – A couo lis Junie. Y èï fa èna brabo lettro. Tè la boou léji. Escouto.

 

Eugénie s'assoit.

 

Baptiste – Le 3 juillet 1917.

 

Mon cher Eugène,

 

je t'écris pour te donner un peu de nos nouvelles. Tout le bétail est en bonne santé et nous c'est de même. Louis a une vache qui lui a fait deux veaux. Je suis allé les voir et ils sont bien beaux. Il m'a dit que la mère Baladio voulait vendre son pré du moulin et elle nous porterait la préférence. Il nous irait bien, ça se tient avec ça notre et il fait toujours ses six chars de foin. Je voudrais avoir ton idée là dessus. Je sais pas le prix mais on devrait pouvoir le payer et commencer quand-même la maison neuve quand tu reviendras. Si elle en veut pas le soleil et la lune... Ici le travail va à peu près. Le gamin des Bor nous donne un coup de main de temps en temps comme l'année dernière. Le beurre a augmenté de quinze sous à la livre. La mère en a vendu trois kilos à la foire de Saint Pierre. A la foire on racontait que vous seriez de retour pour la fin de l'année. Ecris nous souvent pour savoir ce que tu deviens. J'ai rien de plus à te dire. Ne commets pas d'imprudence.

Ton père affectionné.

Baptiste Chabrand

 

Eugénie – Marquo li qu'aquèl pra s'a couos pas natrès qué l'achiatèn, cooucus maï l'achataro.

 

Baptisto – Et prèquè y markario aquo?

 

Eugénie – Qu'ouguèchion pas l'air dè proufita dè la mouor di paouré Jian dè Baladio.

 

Baptiste – Couos pas la pèno, Junie. Natrès sèn pas dè moundè a proufita et Ujièno ou sa!

 

Eugénie – Bouto li dè bièn pourta sa médalio. Lou cura ou o encaro racoumanda duminchi.

 

Baptiste – N'o parla i sermou?

 

Eugénie – S'èrès béni à la mèsso ou souprios. O di dè rapela ès souldas qué la mèdalio dè la Sènto Bièrjio abio souba maï d'èna bido.

 

Baptiste – Crèsès qu'èna mèdalio pouo débia èna ballo?

 

Eugénie – Baptisto, tè mouquès pas di sacra, couo nous pourtaro malhur! Bouto i dè la mèdalio.

 

Baptiste écrit et lit en même temps.

 

Baptiste – Ta mère me dit de te dire de bien porter ta médaille que le curé l'a dit à la messe.

 

Eugénie – Bouto li què Bertho o loura touto souguo lou chion dè la crous.

 

Baptiste – Dè què bos qu'à couo li fajio?

 

Eugénie – Couo li faro plazè dè sooupré qué la Berho sè dibroulio souguo. Pèï l'aïmo bièn Bertho.

 

Baptiste écrit. Il lit ensuite.

 

Baptiste – Il faut que j'ajoute que Berthe a labouré son champ de la croix. Même qu'au début les raies étaient pas bien droites mais après ça s'est arrangé. C'est vrai que c'est un champ bien commode.

 

Eugénie – Marquo li qué la Goungouno o sangua lou pouor.

 

Baptiste – C'ou èro l'on passa.

 

Eugénie – Ou diou pas sooupré.

 

Baptiste – Y countarèn.

 

Eugénie – Prèquè y ou bos pas mèttrè?

 

Baptiste – Prècè què ou eï pas bis.

 

Eugénie – Lou factur ou o bis. O ténu lou pouor.

 

Baptiste – Habio béü.

 

Eugénie – Baptisto, tout lou païs n'o parla. La goungouno o sangua soun pouor, ou sabès ton bièn qué iou.

 

Baptiste – Y pouodè pas mètrè aquo Junie. A couo s'èro pas jiamaï bis èna fenno sangua lou pouor.

 

Eugénie – La guèrro bous o fa bèïré dè dè què soun capablos la fennos.

 

Baptiste – Justamèn, Junie, ou sa ka couos la guèrro dèsèmpèï què la faï, couos pas la pèno di lou rapèla!

 

 

 

Scène 9. Après les permissions.

 

 

Baptiste et Louis sont attablés devant un verre de vin.

 

Baptiste – Nous n' o counta! Mais nous n' o counta! On ourio créju èn tounèl què sè diboundabo.

Tè, Lèche quart! Couos èn parijièn qué lès faï crèba dè rèïrè. Parèï qu'ès ton fouort pr'imita lou ru dè la mitraillèto. S'y troumpoun. En cop y habio èn gènèral qu'habio besoun dè sè fa ramarka. Bè fa èn pinchou èn prèmèiro ligno. Moun lèche quart s'èscoun et faï tatatata. Lou gènèral n'o pèrdu lou képi. L'on pas pu bis!

 

Ils se taisent.

 

Baptiste – L'as pas mèna à la garo?

 

Louis – O bouu y ana a pè. Prèfèrabo.

 

Baptiste – As pas ènshista?

 

Louis – Nou, eï pas ènshista! L'habio prou bis! Sè sabios la sèmono qu'habèn passa!

 

Baptiste – Sè plagno?

 

Louis – Mèmo pas... Parlabo pas. Roudabo. Sabio pas èndou pènjia soun lun. Eï bis toun Ujièno loura, natrès à pèno s'o tra èn cop d'èl à las bachos, prè poulitèsso.

 

Baptisto – Ujièno m'o loura lou chion dè dè bas, maï o pas pèrdu la mo. Et sa prèmèiro bijito lo faïto i pra di mougui.

 

Louis – L'achatès?

 

Baptiste – Shinnèn lou mès què bè.

 

Louis – As dè chianso. Lou tiou faro ticon. Lou miou couos fouttu.

 

Baptiste – Couo li passaro.

 

Louis – Crèsè pas. O pas dè gous prè rien. Tè, la chiasso: y disè prèn toun chi et toun fujil et baï fa èn tour à la chiasso... Lès èls y sourtion dè la fèguro «  N'èï prou bistès dè fujils «  mè faï.

 

Baptiste – Bous couonto parè?

 

Louis – Pas mou. Calculo. S'anabo jiairè qu' èro pas nèï.

 

Baptiste – O trop pati.

 

Louis – Couos nousta faouto a natrès s' o pati? Nous ou faï pagua baï. Mèmo lès chis lès shupourto pas pu, sè sarraboun pas. Guèl qu'imabo sès chis!

 

Baptiste – Natrès couos las bèstios, lès abrès, la terro qué l'y fon pèno. Tout aquèl massacrè. Nous faï: sè bèjia lès bouossès, sè sabia dè què fon dè las èguos... Couo lou trabalio.

 

Eugénie et Cécile entrent. Elles reviennent des mousserons.

 

Louis – N'habè troubas?

 

Cécile – Pas gaïrès. Kan ouro ès Louïs?

 

Louis sort sa montre de son gousset et regarde l'heure.

 

Louis – Chinq ouros.

 

Cécile – O dubu arriba. Sabè Baptisto s'èn bièn èn pèno, nousté Luchièn baï pas fouort!

 

Baptiste – Louïs mè nè parlabo. Mais couo y passaro. Tout s'èmblèdo.

 

Cécile – Pas shur. L'eï pas racounichu! Guèl qu'imabo lou lard hè bè lou tasto pas pu. Couos trop gras, mè dit, couos trop gras.

 

Eugénie – Ujièno tabè o chiènjia ana. Aïmo pas ton lou moundé. Li dijio: baï bèirè èn tèn , i faras plazè. Damourabo aqui.

 

Cécile – Natrès anabo sè prèmèna, sè bèjio cooucus, s'èscoundio. Couos aquello lettro.

 

Baptiste – Kana lettro?

 

Louis – Habio èn camarade, què s'èntèndion bièn, o rafusa d'ana èn racounissènso, à cou èro pas soun tour, ès passa y cousèl dè guèrro et l'on achachina.

 

Cécile – En païson dè Brètagno qu'habio dous éfons. Ero pas fouort prè l'èscrituro et Luchièn y fajio sas lètros. Y o fa la darrèiro, a sa fenno et à sas droulètos.

 

Louis – L'y pènso dèsempeï. Arribo pas a sou sourti dè la tèsto.

 

Baptiste – Dè què birèn pas maï! S'a couèro pas soun tour dé marcha, a couèro pas soun tour!

 

Eugénie – S'èn foutoun bè mèmo! Bouyon fa èn èxèmple. A couos toumba soubrè aquèl paourè homè.

 

Cécile – Clèment, s'apelabo, Clément Foujeret.

 

Louis – Luchièn y èro kan l'on fujilia. O parè bis, barrabo les èls. Dijio qué èn co mouort lou grada qué coumandabo lou pèloutoun habio crida Clément Foujeret mort pour la France et lou péloutoun habio prèsénta las armos.

 

 

Scène 10. La blessure d'Eugène.

 

 

Eugénie entre. Elle tient une lettre. Elle s'asseoit et elle l'ouvre.

Elle lit. On voit bouger ses lèvres.

 

Eugénie – Moun Diou!

 

Elle pose la lettre sur la table, se lève et va ouvrir la porte.

Elle appelle.

 

Eugénie - Baptisto! Bènè!

 

Baptiste entre presqu'aussitôt.

 

Baptiste – Dè què l'io?

 

Eugénie – Es blessa!

 

Baptiste prend la lettre sur la table et la parcourt en silence.

 

Baptiste – Couos parè.

 

Eugénie – Dè què nè sabèn?

 

Baptisto – Couos guèl qu'èscriou et o soun èscrituro dè d'habitudo.

 

Eugénie s'asseoit.

 

Baptisto – La guèrro s'aro fénido pr'Ujièno.

 

Eugénie – Bèsès bé k'a couos grabè.

 

Baptiste – Sabès léji, Junie? Il lit « Le major dit que dans deux mois je saurais pas quelle jambe c'est ».

 

Eugénie – Crèsès què nous di la bérita?

 

Baptiste – Nous o pas jiamaï mènti, préqué nous mèntirio? Oï, o aü dè chianco! Lou quitaron tranquilè èn bouon moumèn.

 

Eugénie – Entro la fi dè la guerro?

 

Baptiste - La guerro ès tout aro fénido Junie.

 

Eugénie – Dè què nè sabes?

 

Baptiste – Ou sèntè, couos coumo lou fioc kan y o pas pu dè legno, sè tuè.

 

Baptiste relit la lettre.

 

Baptiste – Quello bestïo! Pouyo pas fa attènchiou? Il lit: un dénommé Tondut originaire d'Aubenas que c'est un bon copain mais qu'il a pas inventé la poudre le pauvre tripotait un pistolet allemand. Le coup est parti. Pouyo pas tènè sès dès? Dè qu'a bio besoun dè manipula aquèl pistoulet?

 

Eugénie – Bailo mè aquello lettro.

 

Elle la lui reprend. Elle lit en silence.

 

Eugénie – Elle lit: le major m'a dit rigoles Chabrand, évacué, l'hôpital et la convalescence! Tu as de la chance! Fais tourner ton bidon!

 

Baptiste – Aquèl Tondut sè lou tènio! Tè rondès couontè Junie, pré loura, prè samèna...

 

Eugénie – Bénès dè m'expliqua qu' a kouèro pas res.

 

Baptiste – Ou sabè bè. Maï pènsè qu'a couos pas èn moubès affaïrè aquello blèchuro. Mais

t'on imario qu' a couo s'aguèchio pas arriba.

 

Eugénie lit un autre passage de la lettre.

 

Eugénie – J'ai été soigné et pansé. Je n'ai plus mal.

 

Baptiste reprend la lettre.

 

Baptiste – Aquelo couos la miliouno! Cron pas aqèl Dumas! Il lit: quand on m'a emmené, Dumas m'a demandé mon saucisson, celui du dernier colis, que j'en aurais pas besoin à l'hôpital et qu'il m'avait sauvé la vie. N'i ourio bila iou, dè souchisso!

 

Eugénie – Sa couèro grabè ourio pas bouta aquo. Ou o metu prè rèirè.

 

Baptiste – Et sè s'anabo pas marida! En gambèl maï sè trobo cooucus, disoun à la filio – l'as aguacha marcha? Et a couo toumbo à l'aïguo... Crèsès què sè nè rèssèntiro pas?

 

Eugénie – Es èn bido. S'ès gambel, s'aro gambel. N'i o qué l'i on quitta las douos chiombos à la guerro! Et lou Braya di Mazel n'o pas qu é uno et sè marido duminchi.

 

Baptiste – Pènsè ès éfons... Peï lou Braya di Mazel, èntrè natrès, o pas quatrè bachos, o la shirie dè Babounnès.

 

 

 

 

Scène 11. Lucien prisonnier. 

 

Eugénie fait passer le café. Cécile est assise.

 

Cécile – Faï què finalamèn Boust'Ujièno ès tourna part?

 

Eugénie – Oï. Is tourna. Es ana passa èna bijito à Mèndè et l'on trouba guéri. Apte.

 

Cécile – Sa chiombo lou faï pas pati?

 

Eugénie – Nou. S'èn pas res pu.

 

Cécile – Fatiguo pas?

 

Eugénie – Nou, ès bèn guèri. I pènso pas pus. Tabè i l'on tourna èmbouya. Mais ès belco mèï, ès pas pu i frount. Trabalio donc èn hespita, resco pas ton.

 

Cécile – Infirmièr?

 

Eugénie – Brancardier. Infirmiè tabè dè cos quand monquo cooucus. Sabè Céchilo, a couos dèbènu èna drolo dè pagaillo l'armado. Lou qu'èro boucho din lou chivil ès coiffur et lou qu'èro coiffur faï la cuijino. Couo toumbo coumo couo toumbo parèïs. Et pas mouyèn dè chiènjia.

 

Cécile prend une carte postale dans la poche de son tablier.

 

Cécile – Disè Junie, habèn rassoupu èna carto dè Luchièn aquèstè mati. Louïs m'è lo bè lègido mais imario l'èntèndrè èn cop de maï.

 

Eugénie prend la carte des mains de Cécile.

 

Eugènie – Bè d'Allèmagno.

 

Cécile – Oï, ès prisounnièr.

 

Eugénie – S'ès prisounnièr ès souba.

 

Eugénie lit la carte.

 

Strasbourg le 6 juin 1918.

 

Chers parents.

 

J'ai pas écrit avant que c'était pas possible. J'ai été fait prisonnier le 28 mai avec onze camarades. Je suis pas blessé. Je suis dans une caserne. On est pas mal traités. Lundi je vais travailler dans une ferme pas loin dans un village que je sais plus le nom. Vous pouvez m'écrire et m'envoyer des colis que pour manger c'est pas ça. Je m'en fais pas trop.

 

Lucien

 

 

Aqui èna bouono noubèlo. Resco pas res pu bousté Luchièn , Céchilo.

 

 

Cécile – Ou sabè bè mais mè foou dè mèchian son quand mèmo.

 

Eugénie – Es bien traita. Peï s'ajudo a èn païson, manjiaro a sa fon. Sè dibrouliaro.

 

Cécile – Et sè mè l'anaboun puni?

 

Eugénie – Ka? Lès Allèmans?

 

Cécile – Noun pas. Les francèsès. Parèï qu' aquèl Pétain o di què lès prisouniès ourion dè couontès à rondrè a la fi dè la guerro.

 

Eugénie – Pènsa bous. En cop la guèrro fènido li pensaron pas pu.

 

Cécile – Pèï aïmè pas lou sooupré to luèn. Disè sè s'anabo marida amè èn'allèmando?

 

Eugénie – A moun idèyo pènso pas à sè marida...

 

Cécile – Ka sa... A couos arriba. A pèï on l'ès tourno pas bèïrè. Tènè n'io uno dè Maruèjios, ka couos èna coujino pr' alianso dè Louïs, soun in aès marida tè sabè pas en d'ou èn Africo. O dous èfons, sa mèro lès counèis pas!

 

Eugénie – S'ès marida amè èn' Africaino?

 

Cécile – Pènsa bous. Sa fenno ès dè Mèndè. Mais sè soun maridas èn Africo. Kan ès parti sa mèro n'èro prou fièro, dijio qu'habio èn' oupourtunita! Aqui l'as l'oupourtunita: lou bèï pas pu.

 

Eugénie – Et dè què faï coumo trabal?

 

Cécile – Es din l'administrachiou. Cou èro èna tèsto! Et o coupa à la guèrro. Parèï què soun shupèrieur sè pouo pas passa dè guèl!

 

Eugénie – Boustè Luchièn tabè y couparo aïaro.

 

Cécile – Shuramèn. Y o pas què sè boumbardaboun aquèllo caserno...

 

Eugénie – Habè pas bis? Habè d'aquèllos idèïos! Coumo sè lès Francèsès anaboun boumbarda Strasbourg!

 

Cécile – Nè soun bè capablès! Boumbardarion Lourdo prè gagna dè galouns! Lès souldas, y o pas res à dirè, on fa souo qu'on pouu mais aquèllès què lès coumondoun soun capablès dè tout!

 

 

 

Scène 12. L'armistice.

 

 

On entend sonner les cloches. (Rappel scène 1: mobilisation)

 

Eugénie va ouvrir la porte. On entend les cloches plus fort.

 

Baptiste entre et ferme la porte. On entend les cloches moins fort.

 

Baptiste – Couo l'is, Junie! Couos fèni!

 

Eugénie – Crèsès? O sainto Bièrjio! Merchi! Merchi bièn!

 

Baptiste – La sainto Bièrjio is pas prè gron caouso. Farios mèï dè ramèrchia les Amèricèns!

 

Cécile – Couos féni? Nè shios shur?

 

Baptiste – As pas èntèndu souna? Tout lou moundè o shinna la pès. Damouoro pas qué l' l'Allèmagno etGuillaume parlo d'abdiqua. Sè t'ou disè: couos fèni!

 

On entend parler devant la porte. Eugénie va ouvrir. Cécile et louis entrent.

 

Eugénie – Entra, entra qu'anèï ès festo!

 

Cécile – Oï , parèïs qu'ès festo, mais pas prè tout lou moundè...

 

Eugénie – Paouro jiournado pr'aquèllès qu'on perdu cooucus, habè bè rasou.

 

Cécile – Natrès, sè n'ès tira mais habèn pas lou cur à chianta. Habèn aü èna lettro hièr...

 

Eugénie – Es arriba ticon à Luchièn?

 

Cécile – Noun pas, noun pas... Baï bièn mais nous o èscrit qué tournario pas i Viala Naou. Baî ana trabalia din las minos à Alès.

 

Baptiste – Couos pas pouchible...

 

Louis – Saï qué chi! O fa la counnissènso d'èn typè qué trabalio à la mino et y o proupousa dè lou fa èmboucha.

 

Eugénie – Es pas pu bèstio. En bouon trabal bièn pagua, beleou saro loujia, amè de bacansos et les souchis pri patrou.

 

Cécile – Y o long tèns qué ou habio din l'idèyo dè parti trabalia à la bilo. Couo lou mènabo.

 

Louis – Dijio tout souo qu'éï bis ou eï tout lou tèns d'abon lès èls. M'ou pouodè pas sourti dè la tèsto.

 

Cécile – Sè béjio pas pu trabalia souguè din lès chions, loura, dalia... Mè nè dibarassario pas dijio. Mè cha dè bru, dè moundè... S'a couo bouleguo sarèï souba.

 

Ils se taisent.

 

Cécile – Dè qu'anèn fa?

 

Louis – Sarè pas malèrousès. Habè boust' oustaou, boust'houor...

 

Eugénie – Tèndrè èn pouor, guardaré èn parèl dè bachos, farè dè burrè, dè toumos... Mettrè la prouprièta èn fèrmo et qu'o bous paguaro lou shupèrflu.

 

Louis – Ou boou tout mèttrè èn viager.

 

Baptiste – Dè què bos mèttrè èn viager,

 

Louis – La bouoiro. N'éï parla i noutari. Toucharèn èna penchiuo èntro la fi!

 

Baptiste – Ton boudrio ou mèttrè èn fèrmo.

 

Louis – Né proufitaro pas! Lou désèritaréï pas, li damouraro parè, pas què la toumbo i samèntèri!

 

Eugénie – Y bouè parè quitta?

 

Louis – Beleou lou chion di Pouzet, kan mèmo. Sè dè kos èn jiour bouyo fa èn pitouo housta prè bèni èn bacanso, y o èna bouono fouon.

 

Baptiste – Ah kan mèmo. Li bas quitta ticon.

 

Louis – Ou foou pri nou, pas qué pri nou! Pré qué lou nou dè Mallet damourèchio y Viala Naou.

 

Baptiste – Chiènjiaras d'idèïo. Saras ratrèta et nè proufitaras!

 

Louis – Couos toujiours les mèmos què nè proufiton! Bèjio: on bendu dè canouns et aïaro parèï qué bon bèndrè dè souldas. Coumo dè Jésus èn platrè... N'as pas èntèndu parla?

 

Baptiste – Pièrrè mè n'o parla. Espèro lou catalogue. Perdoun pas tèns! Cado coumuno ouro soun mounumèn ès mouors...

 

Il se lève.

 

Baptiste – Junie souors dè bèïrès. Boou cerca l'aïguo ardèn amè las cèlèiros. Anèn trinca toutès quatrè.

 

Cécile – Couos trop fouort!

 

Baptiste – L'y trèmparè èn shucré. Bous cha pas esfraya. Habè èncaro dè bouon jiours, bous ou aproumètè.

 

Eugénie – Oï, nous cha trinca. En quatouorzè kan las camponos on souna à bronlès, sounaboun lou glas, aneï souonoun coumo sè sè batéjiabo... sabè pas iou,  la bido!

 

 

 

Fin!