Ephémère Margeride

Histoires patoises

 

 

Vous avez dit déprime? Voilà des blagues.

Certaines faisaient rire nos grands parents, d'autres sont nées plus récemment. Je les ai sélectionnées, testées, retestées...  J'ai conservé celles qui me semblent les plus drôles et qui "marchent" le mieux. Le patois (l'occitan) leur ajoute beaucoup de saveur. Mais si vous ne le pratiquez pas, lisez les traductions ou servez-vous du glossaire. Il m'est en effet arrivé  d'avoir la flemme et de ne pas traduire la blague intégralement... Bonne lecture et j'espère bonne rigolade.

 

Lou mairo qué patafino...

 

Bertho es anado bijita Pièrrè. Pièrrè baï pas bièn, lou cura li ourio pourta l'extrèmo ouncchiou... La fi sè sarro...

Bertho li bo dirè aduchias. 

Précouo Pièrrè n'i o prou fa bèïrè. Très cops s'es présèntado a las élecchious, pri pouosté dé mairo. Très cop o atapa èna besto.

Pièrrè èro mairo et traficabo las élecchious. Y abio cado cop maï dé bullétèns qué dé boutèns. Et pas res a diré, Pièrrè s'èn tirabo toujiours.

Bertho s'es faïto la lissou:

- Maoufiso-té dé pas maou li parla. Couos pas lou moumèn.

Pièrrè es din soun lèï, lèbo la testo:

- Ah Bertho, can pènsé qué té birèi pas pu, couo mé faï péno.

Adounco, couos pus fouort qué guélo, Bertho li faï èntrè sas dèns:

- Mè biré quand bèndré bouta!

 

bijita: rendre visite - la fi sé sarro: la fin approche - aduchias: au revoir - précouo: pourtant -né fa béïré: en faire voir (des vertes et des pas mûres) - atapa èna besto: prendre une veste - pas res a diré: rien à dire

- sé dimaoufisa: se méfier (maoufiso-té: méfie-toi) - Adounco: alors - mé biré: vous me verrez

 

 

 

Las inichialos.

 

 

Jian èro abounna i Chiassaïrè Francès. En jiour biguè èn' annouonco: èna Parijièno nichudo lou mèmo on qué guèl proupousabo dè béni busca èn Louzèro.

Né pouyo pas pu dé la bilo.  Cèrcabo èna couloucachiou bélèou èna couhabitachiou, dè prèfèrenco amè èn homè souguet maï ou mins dé soun achi.

Jian sè pènsè: tè fario la soupo...

Raspoundéguè a l'annouonco. Bertho bènguè, s'èntèndègèroun tagamèn bien qué lou cura les maridè.

Lou jiour dès chinquant' ons dé Jian, Bertho li bouyo fa en cadeau qué markario.

Habio guarda dé rélachious a Paris, li tournabo dé tèns en tèns. Anè bèïrè èn tatoueur et sé faguè marqua soubré lou ciol èn B majusculo à drèïto, lou mèmo a gaoucho.

Mè cha bous dirè qué d'aquel moumèn Brigitte Bardot né fajio pantisa maï dè un... D'aquèl moumèn...

Can tournè a Chians, né parlè a la bejino.

- Prèquè t'o bouta pas qué las inichialos?

- Y abio pas prou dé placo...

Baï bièn. Lou besprè, can Jian sé saco, Bertho lou souono et li mouostro soun ciol.

Et moun Jian:

Puto! Ka ès aquèl Bob?

 

busca: habiter, vivre - né pouyo pas pu: elle n'en pouvait plus - cerca: chercher - maï ou mins: plus ou moins - tagamèn: tellement - pantisa: rêver - 

bouta: mettre - pas prou: pas assez - sé saca: rentrer - souna: appeler - ka ès aquèl Bob: qui c'est ce Bob

 

 

 

 

Lou bazè.

 

Baptisto abio bèü èn cop a maï èn atrè. Can féniguè pré s'ana jiaïré lou plafoun dabalabo, lou planchiè mountabo, las parès biraboun.

Sé guardabo dé fa dé bru, bouyo pas dirabélia sa mèro, sabio qué sé fario chianta pintourlo.

Tou doucamèn sé sarrabo di lèï can èntèndégué lou bassourlé. Amè lou pè abio enbouya préména lou baso dé neï qué roudabo pré la chiombro, balan balan.

La malico lou prèn, atapo lou baso et lou traï pré la fénestro duberto.

- Mais vous n'avez pas entendu crier? li damondo lou juchi i tribunal.

- Saïqué chi.

- Et vous n'êtes pas descendu prêter assistance à la personne?

- J'avais pas pu ma teste Mouchu le juge, tout se mèsclait là dedans. J'ai pensé: dèqué fajio din ta chiombro tabé aquèl omé!

- Je ne vous comprends pas.

- Lou créïguèrè din lou basé....

 

 

Le vase.

 

- abio béü: avait bu - s'ana jiaïré: aller se coucher - la parès: les murs - dirabélia: réveiller

- chianta pitourlo: enguirlander - lou bassourlé: le vacarme - rouda: rouler

- atapa: attraper, saisir - lou traï: le jette - dé qué fajio: qu'est ce qu'il faisait - tabé: aussi

lou créïguèrè: je l'ai cru

 

 

 

Las bottos.

 

Céchilo es mèstresso d'escolo a Chians.

La jiournado es fénido et les éfons sé bestissoun pré tourna a l'ousta.

Céchilo ajudo lou pitouo Baptisto a boutta sas bottos.

Shuzo qué shuzaras, las bottos soun belco trop pitouotos, fénis pré y arriba. Es boutta!

Entèn:

- Maîtresse, c'est pas le bon pied.

Pènso a sa souoré qué sé la passo bièn a la pouosto dè Gandriou, bouffo et fénis prè ènleba la bottos dès pèsès dè Baptisto et pré las tourna boutta coumo cha.

Entèn:

- Maîtresse, c'est pas mes bottes.

- Qu'est ce que tu dis?

- C'est les bottes de mon frère, elles lui sont trop petites et il me les a données.

Céchilo sè pènso: shios soubado et serco lès gans. Aguacho soubré lou bon, sous lou bon, paji dé gans.

- Où sont tes gants, Baptiste, tu avais bien des gants?

- Je les ai mis dans mes bottes pour pas les perdre.

 

 

sé bestissoun pré tourna a l'ousta: s'habillent pour rentrer à la maison
ajuda: aider
shuza: suer
las bottos soun belco trop pitouotos: les bottes sont beaucoup trop petites
boutta: mettre
bouffa: souffler
serca: chercher
aguacha soubré lou bon: regarder sur le banc

 

 

 

I saloun.

 

Jiousè habio fa la résistènso. A la fi dé la guèrro, s'èro ènguacha et éro parti èn Endochino ajuda lès Francèsès a damoura mèstrès d'aquèllès païsès. (!!!!)

N'abio guarda coumo èna nostalgie. Can saguè païson manquabo pas èn saloun dè l'agriculturo. Cado cop anabo passa èn mèjio houro amè èna Viètnamièno à Pigallo. Couo i rapèlabo lou bououn tèns.

En on, tournè amè èna puto dé doulou i bas dè l'échino.

Sè pènsè: couo saro coouco magoutio vénérièno! Bélèou mèmo lou shida! Couo t'o près lou lèndèmo dè toun pinchou a l'atro garco...

En mati sé ténio pas pus.

- Dè què t'arribo? li damandè sa fènno.

- Eï èna puto dè doulou i bas dè l'èchino, aïaro couo mè prèn la chiombo.

- Couos la chiatico!

- Ka t'ou o di?

 

Ena doulou: une douleur - L'échino: le dos - sè tènio pas pus: il ne tenait plus debout - couo mè prèn la chiombo: ça me prend la jambe

- Ka t'ou o di? Qui te l'a dit? - la magoutio: la maladie - béléou: peut-être - Couo t'o près: ca t'a pris - èn pinchou: un coucou

 

 

 

Puto dè mèstio!

 

Pièrrè tènio èn bistro a Parïs. En jiour biguè arriba èn pélio d'omè. S'assètè et sè boutè a ploura. L'èntèndio qué dijio: puto dé mèstio! Puto dè mèstio!

Li courrèguè.

- Parla patouès!

- Oï. Shui dè la Louzèro.

- Iou tabè, dè Maruèjios. 

- Iou shui dè Gandriou.

- Et dè què bous arribo, qué m'abè l'air dèsèspéra?

- Mè nè parlachia pas! Puto dé mèstio!

- Dè què fasè?

L'atrè li baïlo èna carto: Docteur Sabadel.

- Sè mèdèchi! Et bous plagnè? Précouo foursa pas trop et gagna dè soous coumo dè tèrro!

- Mè n'ès arriba uno. Eï aü èn rappouort amè èna pachiento.

- Sarè pas lou dario et sè pas lou prémio! A couo lo pas tuado!

- Cou'os pulèou qué shui bétérinéro...

 

 

 

Les j'ïooussès.

 

Bertho o bendu èna douchini d'ïooussès i noutari. Lou bèï arriba lou lèndèmo.

- Boustès (j)ïooussès éroun pas frèssès!

- Saïqué! M'èstouna! Abion dous ou très jiours.

- Pènsa bous. Abion belco maï. Bous lès cha marqua.

- Aïaro lès marqué. Aguacha.

Bertho li baï quèrè èn ïoou eu lou noutari bèï d'èscri:

Anèï. 

 

Les oeufs.

 

Berthe a vendu une douzaine d'oeufs au notaire. Elle le voit arriver le lendemain.

- Vos oeufs n'étaient pas frais!

- Ah bon? Vous m'étonnez. Ils avaient deux ou trois jours.

- Pensez-vous. Ils avaient beaucoup plus. Il vous faut les marquer.

- Mais je les marque maintenant. Regardez.

Berthe va lui chercher un oeuf et le notaire voit écrit:

Aujourd'hui.

 

 

Lous sas de shimèn.

 

En 45, a la bèlio dè sa dèmoubilisachiou, Pièrrè saguè ènbouya i Perthus. Shurbéliabo la frountièro. 

Cado sémono, lou lus, passabo èn pelio d'omè qué bénio d'Espagno et qué pourtabo èn sa de chimèn soubrè sa béchicleto.

Lou prèmio cop, Pièrrè habio durbi lou sa, qu'ouèro bièn dè chimèn.

Coumprènio pas, sè troubabo dè chimèn èn Franco et pa pus chièr.

Prèquè aquèl omè sè crèbabo a nè carrèjia d'Espagno?

Dèmoubilisa, prènguè lou trèn prè Mèndè et sè troubè din lou mèmo coumpartimèn què lou typè di chimèn.

- Dirèï parè, cou'o mè règardo pas pus, shui démoubilisa. Disè, dè què traficabia?

- Las béchiclètos.

 

- èn sa de shimèn: un sac de ciment - Durbi lou sa: ouvrir le sac - sè crébabo a nè carrèjia: se fatiguait à en traîner

- prenguè lou trèn : il prit le train - dirèï parè: je ne dirai rien

 

 

 

La poutinguo.

 

Pièrrè ès marida amè Marie. Lou bèsprè, quand sé bon jïaïrè, Pièrrè sè sarro, prèmèno sas mos... Mais Marie ès tagamèn crèbado què s'ènduèr a pèno i lèï. Y o pas mouyèn d'ana pu luèn. Et moun Pièrrè sè dèsèspèro...

Li bè en'idèïo. Biras bè, sè faï...

Et Marie toumbo magaouto. Monjio pa res pu, sè trahino, o perdu et o pas pu dè bons... En mati sè pouo pas lèba.

Chia apèla lou médéchi.

- Dè qu'o? li damondo Pièrrè.

- Elle est intoxiquée. Je la fais hospitaliser.

- Mais qu'a mè baï fa la soupo? Et lou bestïaou? Es l'ouro d'aserba!

Mais Marie bè dè parti prè Mèndè amè l'embulanco.

Pièrrè baï damanda èn cop dè mo i bèji prè sourti sas bestios. Bèï lou bétèrinèro què shurbèlio èna bacho qu'o dè maou a bédéla.

 Li court.

- Ah toumba bièn bous! Bous boguè parla. Bous rapèla aquèllo bacho què bènio pas a bïoou? M'abè bila èn ramèdi?

Et bè cou'os de pouïsou!

 

 

- Las poutinguos: les remèdes (très péjoratif) - "Le soir, quans ils vont se coucher..." - "Elle ne mange plus, se traîne, elle a maigri, elle n'a plus d'allant..."

aserba: mettre les vaches à l'herbe pour le première fois de l'année - Bédéla: véler - Béni a biou: entrer en chaleur - La pouïsou: le poison

 

 

 

La faculta.

 

Baptisto blaguo amè Pièrrè. Parloun de Jiousè, lou bèji.

- S'ès bè fa fier! Tou justè sè nous o di bouonjiour.

- As rasou. ïou tabè ou'eï ramarqua. Sè prèn prè l'asè de piquo matina dè l'asè dè carrèl!

- Kasa dè qu'o?

- Maï qu'ou sabè... Bertho di ka couos dèsèmpeï què soun ina es a la faculta dè mèdèchino.

- Saïquè! Ou sabio pas. Et dè què li faï èn d'aquello faculta?

- Sario dinc èn bocal.

 

Il se prend pour l'as de pique matiné de l'as de carreau. Berthe dit que c'est depuis que son fils aîné...

Il serait dans un bocal.

 

 

 

Las boulos dè Noël.

 

La mèstrèsso o mèna sa classo a Mèndè beïrè las décourachïous dè Noël.

Din lou car can tournoun a l'èscolo, èntèn Baptisto qué di a Pièrrè: "tè disè què las boulos dè Noël soun bourrudos!".

Sè biro et di a Baptisto:

- Ne dis pas de bêtise: les boules de Noël ne sont pas poilues!

- Ah bon, faï Baptisto. Noël, bènè moustra tas boulos a la mèstresso!

 

 

La mèsso.

 

Bertho souor dè la mèsso et blaguo èna mènuto amè Cèchilo.

- Disè Céchilo, habè amassa boustas truflos?

- Dèmo.

- Couo m'èstounario. Démo baï plèourè.

- Crèsè?

-Aquestè mati, eï tra èn cop d'èl a Baptisto can mètio sas brayos, pourtabo a gaouchio. Cado cop què pouorto a gaoucho plèou.

- Saïquè... Et sè pouorto a drèïto faï bouo?

- Sè plèou, couo sè lèbo et sè faï bouou couo countunio. Pènsa, dèsempeï què s'en maridas éï aü lou tèns d'ou ramarca, couo troumpo pas!

- Et sè pouorto i mitan?

- Sè pouorto i mitan, bouou pas a la mèsso.

 

(Las truflos: les pommes de terre - dèmo: demain - plèourè: pleuvoir -  las brayos: les pantalons -  a drèïto, a gaoucho, i mitan: à droite, à gauche, au milieu -

S'il pleut, ça se lève et s'il fait beau ça continue. Pensez, depuis qu'on est mariés, j'ai eu le temps de le remarquer, ça ne trompe pas!)

 

 

 

Lous médéchis.

 

Baptisto abio fa l'Endochino é quand saguè dèmoubilisa et qué tournè a Grandriou sè randéguè couonté qu'habio attapa souo qué apéloun éna magoutio

vénérièno.

Anè bèïrè Noutou et Noutou l'embouyè beïrè èn spéchialisto a Clermoun.

Lou spéchialisto l'examinè et li diguè:

- A franchement parler, si vous ne voulez pas souffrir le martyr, le mieux me semble être l'amputation.

- C'est si grave?

- C'est très grave, douloureux et incurable.

Baptisto tournè a Grandriou coumplètamèn démouralisa. Téléphounè a èn ami dè rajimèn qu'abio a Mèndè.

Li countè soun affaïré.

- Tè cha ana bèïrè èn médéchi Vietnamien, li faguè l'aoutrè. Les mèdèchis Francès i counprènoun parè èn d'aquèlos magoutios.

Prènguè rendez-vous amè èn mèdèchi Vietnamien a Mounpèlier.

Lou Viètnamien li faguè:

- Vous batifoler avec petite Vietnamienne.

- Euh... Oui.

- Et vu médecin Français qui a dit couper!

- Oui.

- Pas couper! Mèdecin Français pas savoir.

- Ah Pas couper?

- Non! Tomber tout seul!

 

 

Lou bouos nègrè.

 

Aquel billatchi èro èn paou èspéchial, y habio belco dè counsanguinita... Quand Irèno anè ènquèta soubrè la darrèiro guèrro prè soun mémouèro a l'unibershita,

l'enbouyèroun bèïrè Baptisto. Mais Baptisto s'èro fa bièl et sé rapélabo pas.

- Boustè miliou soubénir d'aquèlo périodo?

- Cou'os lou cop qué la chiabro di Camar sé pèrdèguè din lou bouos nègrè. La sèrcashion touto la nèï, la troubachion soubrè lou mati.  Tout lou moundè biouguè èn bouon cop, pèï ènciougachion toutès la chiabro. Cou'os la coutumo.

- Pouodè pas marka acouo! Sè pas fènis dinc aquèl billatchi! Abè pas èn aoutrè soubènir?

- Shi. Lou cop qué la fènno di Camar sè pèrdèguè din lou bouos nègrè. La sercashion touto la nèï

-Arresta, tisa bous, n'èï prou èntendu. Bous bèsè béni. Beleou ouria èn moubès soubènir d'aquèlo guèrro?

- Lou pirè?

-Lou pirè.

- Cou'os lou jiour què mè pèrdèguèrè din lou bouos nègrè.

 

 

Lou Grèc.

 

Pendèn soun serbissè, Baptisto èro din la marino et abio pas maou bouyachia. Di cop abio fa pa maou d'expèrièncos dé toutos souortos. Aïaro sè ron couontè qué o ena magoutio qu'apèloun "vénérienne".

Baï béïré lou médéchi dé familio.

L'atré l'examino et li faï:

- Pènsè pas mè troumpa, as attapa ena blenmoragie.

- Et d'endou couo bé?

- Couo bè di grec.

- Ah la puto m'èn doutabé!

 

 

La lègno di cura.

 

On mèna très chiarrès dè lègno i cura et o pagua èna misèro èn bènèzè prè li fa d'èstèlos. Lou bouès ès bien arrènjia a cousta dé la lièiso. En mati lou cura passo, puto sè faï, t'on près dè bouès! Calculo... Tè dubès troumpa, ka roubario dè lègno i cura... Mais très jiours après tourno ana bèïrè soun lègno, crèï d'abèdrè èn' attako: i on prèsquè tout' èmpourta, n'on quita èna brouètado... 

- Ka ès la puto? Ou soupras bè, la sémono qué bè s'èn pachios, sè bèndro bè coufessa...

Effèctivamèn, coufesso et tout a m'en cop èntèn:

- La mèro rapoutégabo qu'abio pa pu dè lègno, habio pas lou tèns d'ana i bouos, peï plubio cado jiour...

- A couos tu putasso? Prè ta punichiou mè faras dès cos lou tour dè la lièïso èn courèn et cado cop qué passaras dabon iou tè foutrèï èn bouo cop dè pè i kio!

Alors èntèn:

- Disè Mouchu lou cura, sè fajio dous tours dè maï, pourrio prènè la lègno qué damouoro?

 

 

Le bois du curé.

 

On a mené trois chars de bois au curé et il a payé une misère un simplet pour lui faire des bûches. Le bois est bien rangé à côté de l'église. Un matin le curé passe par là. Puto, il se dit, on t'a pris du bois! Il réfléchit... Tu dois te tromper, qui volerait du bois au curé?... Mais trois jours plus tard il retourne voir son tas de bois, il pense avoir une attaque, ils ont presque tout emporté, ils en ont laissé une brouettée.

- Qui est la pute? Tu le sauras bien, la semaine prochaine c'est Pâques, il viendra bien se confesser.

Effectivement, il confesse quand il entend tout à coup:

- La mère râlait qu'elle avait plus de bois, j'avais pas le temps d'aller en chercher, et puis il pleuvait tous les jours...

- Ah c'est toi putasse! Pour ta punition tu feras dix fois le tour de l'église en courant et chaque fois que tu passeras devant moi je t'enverrai un bon coup de pied au cul!

Alors il entend:

- Monsieur le curé si je faisais deux tours de plus je pourrais prendre le bois qui reste?

 

 

L'oucel.

 

 Lou cura baï dirè sa messo, baï barra la pouorto dè la lièïso can bèï dous éfons què dabaloun d'èn bès.

- Aqui as toun nisa d'ajiassos... sè pènso. 

Mais ès pas lou moumèn dè fa la mouralo, la lièïso ès plèno et tout lou moundè èspèro.

Lès èfons sè sacoun, lou cura barro la pouorto.

Cadu prèn sa plasso mais a pèno la messo coumènssado, lou cura èntèn piougua.

Aguacho a gaoucho, couo piouguo a drèïto.

- Qu'aquèlès qu'on èn oucèl din las brayos souortioun!

Tout lou moundè s'aguacho, dendus boullèguo pas.

Et couo tourno piougua.

- M'abè èntèndu? Ou tournarèï pas dirè! Qu'aquèlès qu'on èn oucèl din las brayos souortioun!

Les bièls sè lèboun lès prèmios, lès jioubès lès sègoun, pèï lès èfons.

Damouoro pas què lou Fabrè dè la Mahucho qu'ès sour coumo èna bicho.

- Despacho tè dè sourti, Baptisto, li faï sa fènno, què tout lou moundè baï dirè qu'as parè din tas brayos...

 

 

L'oiseau

 

Le curé est sur le point de dire la messe, il va fermer la porte de l'église quand il voit deux enfants qui descendent d'un bouleau.

Il pense: c'en est fait de ton nid de pies...

Mais ce n'est pas le moment de faire la morale, l'église est pleine et tout le monde attend.

Les enfants entrent, le curé ferme la porte.

Chacun prend sa place mais à peine la messe commencée le curé entend piauler.

Il regarde à droite, ça piaule à gauche.

- Que ceux qui ont un oiseau dans le pantalon sortent de l'église!

Tout le monde se regarde, personne ne bouge.

Et un oiseau piaule.

- Vous m'avez entendu? Je ne le dirai pas de nouveau! Que ceux qui ont un oiseau dans le pantalon sortent!

Les vieux se lèvent les premiers, les jeunes les suivent puis les enfants.

Seul reste le Fabre de la Mahuche qui est sourd comme un pot.

- Dépêche-toi de sortir, Baptiste, lui dit sa femme, que tout le monde va dire que tu n'as rien dans ton pantalon!

 

 

Lou traou.

 

Pièrrè trabalio pré la coumuno. Aneï lou mèro y o damanda dè fa èn traou pré planta èn abré. Lou bè bèïrè, o tou justé coumènssa.

- Pièrrè, li faï. Bèn' ichi!

Pièrrè souor di traou et baï èntro lou mèro.

- Tourno li!

Pièrrè y tourno et atapo sa pago.

- Pièrrè, bèn' ichi èn atrè cop.

Pièrrè tourno sourti di traou et sè tourno sarra di mèro.

- Baï bien. Li pouos tourna.

- M'ènfin bous fouttè dè ïou? Ben' ichi, tourno li? Dè què bous prèn?

- Mè prèn què mè souortès maï dè tèrro amè tas bottos qu'amè ta pago.

 

Le trou.

 

Pierre travaille pour la commune. Aujourd'hui le maire lui a demandé de faire un trou pour planter un arbre. Il va le voir, il vient tout juste de commencer.

- Pierre, il lui fait. Viens ici!

Pierre sort du trou et s'approche du maire.

- Retournes y!

Pierre retourne dans le trou et reprend sa pelle.

- Pierre viens ici une autre fois.

Pierre ressort du trou et s'approche de nouveau du maire.

- C'est bien. Tu peux y retourner.

- M'enfin vous vous foutez de moi! Viens ici, retournes y! Qu'est ce qui vous prend?

- Il me prend que tu me sors plus de terre avec tes bottes qu'avec ta pelle!

 

 

 

 

Les tournesols.

 

Baptisto sè baï préména. O bouon pè mais o pas bouon èl, li bèï pa gron caouso. Cha diré co gaïrè bè quatrè bins ons.

Arriba a la chimo dè la couosto arribo èn bourso.

- M'sieur, m'sieu, li damondo lou gamèn, qu'est ce que c'est qui est bleu là bas?

- Endou?

- Là bas en bas. C'est bleu.

- C'est la rivière.

- Et ce qui est gris? Qu'est ce que c'est?

- Sabès, j'y vois pas bien. C'est gris tu dis?

- Oui, gris et c'est pas droit.

- C'est le chemin.

- Et ça jaune à côté du chemin?

- Jaune? Si ça bouge c'est le champ de tournesols de Fernand.

- Mais ça bouge pas.

- Alors c'est la DDE.

 

 

 

 

Las coulios qué clignotoun...

 

 

Jïousè baï trouba lou médéchi.

- Dè què bous arribo?

- A couos èn paou délica...

- Mè nè churo dirè èn pou maï sè bouè què bous ajudè.

- Eh bè eï las coulios què clignotoun cado cop qué estrigouossè la fènno.

- Dè què?

- M'abè bièn èntendu, oï, clignotoun...

- Eï pas jiamaï èntendu parla d'acouö.  Clignotoun?

- Oï.

- Cado cop?

- Cado cop.

- Escouta, lou miliou couö sario què benia amè bousta fènno, què mè randèguéchio couonté.

Et Jiousè li tourno amè Bertho.

- Bous cha bous despoulia et bous bouta èn pousichiou.

Bertho damondo sè sè pouo barra les couontrèbèns et tua la lumièro.

- Mais li birèï paré, faï lou médéchi.

- Can couo saro lou moumèn Jiousè bous faro dè lumièro, li raspouon Bertho.

- Bon, eh bè bouta bous èn pusichiou. Li sè? Ana l'i.

Et tout a m'èn cop la coulios dè Jiousè clignotoun bèl et bièn.

- Arrèsta, arrèsta tout! Eï coumprès! crèïdo lou mèdèchi. M'abè bè di qu'abia soisanto das a huèit ons?

- Oï, li raspouon Jiousè.

- Sè soubrè la rèserbo.

 

Les couilles qui clignotent.

 

Joseph va chez le médecin.

- Qu'est ce qui vous arrive?

- C'est un peu délicat..

- Il faudra m'en dire un peu plus si vous voulez que je vous aide.

- Eh bè j'ai les couilles qui clignotent chaque fois que je tripote la femme.

- Pardon?

- Vous m'avez bien entendu, oui, elles clignotent.

- J'ai jamais entendu parler de ça. Elles clignotent?

- Oui.

- Chaque fois?

- Chaque fois.

- Ecoutez le mieux serait que vous veniez avec votre femme que je me rende compte.

Et Joseph y retourne avec Berthe.

- Il faut vous déshabiller et vous mettre en position.

Berthe demande si on peut fermer les volets et éteindre la lumière.

- Mais je ne vais rien voir, dit le médecin.

- Quand ce sera le moment Joseph vous fera de la lumière répond Berthe.

- Bon eh bien mettez vous en position. Vous y êtes? Allez y.

Et tout à coup les couilles de Joseph se mettent bel et bien à clignoter.

- Arrêtez, arrêtez tout! crie le médecin. J'ai compris! Vous m'avez dit que vous aviez soixante dix huit ans?

- Oui, lui répond Joseph.

- Vous êtes sur la réserve.

 

Sèn Chèly.

 

Pièrrè abio èn bouïo. N'èro bièn countèn. Lou payabo pas chïèr, trabaliabo bièn.

En jïour lou bouïo anè a la fèïro a Chiambou. Tournè beï las dès houros, désaguèna.

- M'èn boou patrou, m'èn boou.

- En bos ana?

- Tournè a Sèn Chèly tout dè shuito.

- Dè què tè prèn?

- Shui nichu a Sèn Chèly et l'i tourné. Y eï ma familio. Peï eï bis ticon a la fèïro... 

- Dè kas bis?

- Eï bis èna fènno touto bestido dè nègrè, bèlo et ishuto qué m'o aguacha d'èna drolo dè manièro. Mè bènio quèrè. 

- La counneïssès aquello fènno?

- Couo's la mouor...

- Et bè baï t'en... Prèn l'eguo, la tournaras mèna can quo t'ouro passa...

Lou bouïo s'èn baï et Pièrrè baï a Chiambou.

Beï èn èffè èna fènno soubrè la placo touto bestido dè nègrè.

La baï trouba.

- Disè dè què bous o près dè fa poou a moun bouïo aquèstè mati?

- Sas a ka parlès?

- ...

- Parlès a la mouor.

- Mouor ou pas, a couos pas èna rasou prè esfraya moun bouïo, n'èï bèsoun.

- Eï pas bouü l'esfraya, l'eï aguacha prècè què coumprénio pas souo qué fajio èncaro aqui: nous dubèn trouba tout aro a Sèn Chèly.

 

Saint-Chély.

 

Pierre avait un bouvier. Il en était bien content. Il ne le payait pas cher et il travaillait bien.

Un jour le bouvier est allé à la foire au Chambon. Il est revenu vers dix heures, hors d'haleine.

- Je m'en vais patron, je m'en vais.

- Où tu veux aller?

- Je retourne à St-Chély tout de suite.

- Qu'est ce qui te prend?

- Je suis né à St-Chély et j'y retourne. J'y ai ma famille. Et puis j'ai vu quelque chose à la foire...

- Qu'est ce que tu as vu?

- J'ai vu une femme toute habillée de noir, grande et sèche qui m'a regardé d'une drôle de façon. Elle venait me chercher.

- Tu la connais cette femme?

- C'est la mort.

- Eh bien va-t-en! Prends la jument, tu la ramèneras quand ça t'aura passé.

Le bouvier s'en va et Pierre va au Chambon.

Il voit en effet une femme sur la place toute habillée de noir.

Il va la trouver.

- Dites, qu'est ce qui vous a pris de faire peur à mon bouvier ce matin?

- Tu sais à qui tu parles?

- ...

- Tu parles à la mort.

- Mort ou pas, c'est pas une raison pour effrayer mon bouvier, j'en ai besoin.

- Je ne voulais pas l'effrayer, je l'ai regardé parce que je ne comprenais pas ce qu'il faisait encore ici: nous devons nous retrouver tout à l'heure à St-Chély.

 

 

Lalie.

 

Lalie èro biouso et tirabo lou diablè prè la couèto. Abio pas qu'èn pèlio dè bouc. Touto la coumuno i mènabo sas chiabros et tabè couo y fajio quatrè soous. 

En jiour lou bouc toumbè maguaouté et Lalie déchidè dè lou fa coujia din sa chiombro prè meï lou coufina.

La prèmèiro què s'anè coufessa nè parlè i cura. L'embouyè prèmèna.

La sègundo nè parlè tabè.

- Coumprènè Mouchu lou cura, couo sè faï pas... A couos pas catoulico. En bouc pouo pas passa la nèï din la chiombro dè la Lalie, a couo s'ès pas jiamaï bis!

Lou cura sè prènguè et anè trouba Lalie.

- Saï què bènè pri dèniè di culté?

- Noun pas... Noun pas... A couos èn paou délica... Parèïs què fasè coujia boustè bouc din bousta chiombro? Las mèchiantos lenguos blagoun...

- Mais Mouchu lou cura à l'èstablè jiaguo coumo lou fèrri. Sè faï pas jioubè, li baï pèta! Eï pas qu'aquello bestio! Coumprènè Mouchu lou cura mè rapouorto pas gron caouso mais eï pas qu'acouo...

- Mais Lalie, et l'oudou?

- S'y faro, Mouchu lou cura, s'y faro! Saro bè oublijia...

 

 

Lalie.

 

Lalie était veuve et tirait le diable par la queue. Elle n'avait qu'un pauvre bouc. Toute la commune lui amenait ses chèvres et ça lui faisait quand même quatre sous. Un jour le bouc tomba malade et Lalie décida de le faire coucher dans sa chambre pour mieux le soigner.

La première qui alla se confesser en parla au curé. Il l'envoya promener.

La seconde lui en parla aussi.

- Comprenez Monsieur le curé, ça ne se fait pas... C'est pas catholique. Un bouc ne peut pas passer la nuit dans la chambre de Lalie. Ca ne s'est jamais vu!

Le curé se prit et alla trouver Lalie.

- Ca serait il que vous venez pour le denier du culte?

- Mais non... Mais non... C'est un peu délicat... Il paraît que vous faites coucher votre bouc dans votre chambre? Les méchantes langues blaguent...

- Mais Monsieur le curé à l'étable il gèle comme le fer. Il ne se fait pas jeune, il va en crever! Je n'ai que cette bête! Vous comprenez Monsieur le curé il ne me rapporte pas grand chose mais c'est tout ce que j'ai...

- Mais Lalie, et l'odeur?

- Il s'y fera Monsieur le curé, il s'y fera! Il sera bien obligé...

 

La miöguo.

 

Baptisto dïou ana fa dè barros pèndèn très mèsès dinc èn pitouo billatchi soubrè lou Moun Louzèro.

Jiousè lou bouto èn guardo:

- T'abèrtissè biras pas dèndus dè très mèsès.

- Con soun dinc aquèl billatchi?

- S'èn catrè.

- Dè fènnos?

- Pas què d'omès.

- Et prè las fènnos?

- S'a cuo tè prujïo trop, as la miöguo.

En mès sè passo et èna neï moun Baptisto courrè a l'èstablè amè ena sèllo. Mouonto soubrè la sèllo, toumbo las brayos et sè boutto èn pouzichiou.

La miöguo li traï èn cop dè pè, lou monquo mais lou destrantalio, capusso dè la sèllo, pèto din la gandolo et n'atapo èn bouo i caïrè dè l'èl soubrè èna pèiro.

Lou lèndèmo Jiousè li damondo dè què l'is arriba à l'èl.

- A couos bièn dè ta faouto! M'as acousélia d'ana béïré la miöguo sa couo mè prujiabo trop! M'o fa toumba dè la sèllo et mè shui pas manca.

- Mais bougrè d'asè li faï Jiousè, la miöguo cu'os prè ana à Mèndè!

 

La mule.

 

Baptiste doit aller pendant trois mois faire des buttes dans un petit village sur le Mont Lozère. 

Joseph le met en garde:

- Je t'avertis, pendant trois mois tu ne verras personne.

- Combien ils sont dans ce village?

- On est quatre.

- Des femmes?

- Seulement des hommes.

- Et pour les femmes?

- Si ça te démange trop tu as la mule.

Un mois passe et une nuit mon Baptiste court à l'écurie avec une chaise. Il monte sur la chaise, tombe les pantalons et se met en position.

La mule lui envoie un coup de pied, le manque mais le déséquilibre, il tombe de la chaise, atterrit dans la rigole et en ramasse un bon au coin de l'oeil sur une pierre.

Le lendemain Joseph lui demande ce qui lui est arrivé à l'oeil.

- Ah c'est bien de ta faute! Tu m'as conseillé d'aller voir la mule si ça me démangeait trop! Elle m'a fait tomber de la chaise et je me suis pas raté.

- Mais bougre d'âne, lui fait Joseph, la mule, c'est pour aller à Mende!

 

La Yougoslavie.

 

- Dè què fas?

- Mes devoirs. Dis papa, c'est où la Yougoslavie?

- Maï cou sabè... Damondo a ta mèro.

- Elle le sait pas.

- Cerco g'ou à l'almana di factur.

- Je le trouve pas.

- Faï bèïrè. As razou, a couos pas marka... Précouo couo pouo pas estrè to luèn qu'acuo, dabos antons Blazè prengué én Yougoslave prè l'ajuda a fenira, benïo èn bèchiclèto!

 

La Yougoslavie.

 

- Qu'est ce que tu fais?

- Mes devoirs. Dis papa, c'est où la Yougoslavie?

-Est ce que je sais... Demande à ta mère.

- Elle le sait pas.

- Regarde sur l'almanach du facteur.

- Je le trouve pas.

- Fais voir. Tu as raison, c'est pas marqué. Pourtant ça ne peut pas être si loin que ça, il y a deux ans Blaze a pris un Yougoslave pour l'aider à faner, il venait à bicyclette.

 

 Baptisto dè la Chiambalio.

 

Baptisto ero bièn débïaïs, toujiours prèstè a bous rondré serbicè, blaguabo amè tout lou moundè mais sè crèjio. Sè prénio pré l'as dè piquè maï dè cos prè l'as dè carrel...Chia diré qué Baptisto habitabo lou chiastèl di billachi et qué la mita dè la coummuno li apparténio. Mouchu Baptisto dè la Chiambalio! Trabaliabo pas, èncéssabo. Lou chubio pas prène pr'èn atrè, Mouchu pourtabo lou chiapèl, sè tènio drèï coum'èn i et las moubèzos lenguos dijion qu'habio èna rèlio dè pounssado alaï i cio...

Lou jiour dè soun mariachi amè la Marie abio damanda l'abèsqué, couo saguè rafusa.

La mita di cantou èro enbita, èroun maï dè cèn, nè sourtio dè pertou.

Sè nè parlaro lontèns dè moun mariachi, dijio. Sè nè parlé lontèns...

Can saguè lou moumèn dè passa l'allianco i dè dè la Marie, l'allianco li eschapè, sè courbè pré l'atapa et traguè èn foutra dè pè qué touto la lièiso nè ratourniguè.

Rouji coumo èna toumato, plantè aqui la Marie, lou cura et lès ènbitas, sè prènguè et s'èn anè.

Lou mèmo bèsprè èro a Marssèlio.

Partigè prè l'Endochino, y abio dè familio.

Dès ons habion passa can Baptisto tournè y billatchi. Sè dijio qué désèmpeï tout lou moundé ourio èmblèda soun mariachi. Arriba dabon lou pourta dè soun chiastèl, biguè la béjino qu'abio sourti èna sèlo dabon sa pouorto et qué penchinabo èna droulèto. Ousabo pas sè sarra. Tè baï damanda dé qué bénès nista préquis, sè dijio. S'escoundèguè dèrriès èna paré et èntèndégué la gamino qué damandabo a sa maïré:

-Mama, can achi eï?

- Ou sabès bé! Dès ons. Tu a couos fachilè, shios nichudo l'annado qué Baptisto o péta.

 

Baptiste de la jarretelle.

 

Baptiste était bien gentil, toujours prêt à vous rendre service, il parlait à tout le monde mais il se croyait. Il se prenait pour l'as de pique et des fois pour l'as de carreau. Il faut dire que Baptiste habitait le château du village et que la moitié de la commune lui appartenait. Môssieu Baptiste de la jarretelle! Il ne travaillait pas, il encaissait! Il ne fallait pas le prendre pour un autre, Monsieur portait un chapeau, il se tenait droit comme un i et les mauvaises langues disaient qu'il avait une reille enfoncée dans le derrière.

Le jour de son mariage avec la Marie, il avait demandé l'évêque. On le lui refusa.

Il avait invité la moitié du canton, ils étaient plus de cent, il en sortait de partout.

Il s'en parlera longtemps de mon mariage, il disait. Il s'en est parlé longtemps.

Quand ce fut le moment de passer l'alliance au doigt de la Marie l'alliance lui échappa, il se courba pour la ramasser et il lanca un énorme pet que toute l'église en résonna.

Rouge comme une tomate, il planta là la Marie, le curé et les invités, il se prit et il s'en alla.

Le même soir il était à Marseille.

Il partit pour l'Indochine où il avait de la famille.

Dix ans avaient passé quand Baptiste retourna au village. Il pensait que depuis tout le monde avait oublié son mariage. Arrivé devant le portail du château, il vit la voisine qui avait sorti une chaise devant sa porte et qui peignait une gamine. Il n'osait pas s'approcher. Il se disait: elle va te demander ce que tu viens renifler par ici. Il se cacha derrière une muraille et entendit la gamine qui demandait à sa mère:

- Maman, quel âge j'ai?

- Tu le sais bien! Tu as dix ans. Toi c'est facile, tu es née l'année où Baptiste a pété.

 

 

 La nissènso.

 

Jiousè o aü soun ina. Es ana beïré sa fènno et lou pitouo a la clinico. Faï la gulo, trobo qué l'efon lou semblo pas, mais pas dé tout! "Lou racounéïssé pa pré miou!" Baï fa èn ésclandro, parlo dè pica sa fenno, d'ana ènnéjia l'efon et la enfirmièros souonoun lou médéchi. Lou médéchi lou faï béni din soun burèou.

- Mais Docteur pourquoi il ne me ressemble pas du tout?

- Ça arrive.

- Et ça dépend de quoi?

- Ça dépend de plusieurs facteurs.

- Ah las putos, m'èn doutabé!  

 

 

La naissance.

 

L'aîné de Joseph est né. Il est allé à la clinique voir sa femme et le petit. Il fait la gueule, il trouve que l'enfant ne lui ressemble pas, mais pas du tout! "Je ne le reconnais pas pour mien!" Il va faire un esclandre, il parle de frapper sa femme, d'aller noyer l'enfant et les infirmières appellent le médecin. Le médecin le fait venir dans son bureau.

- Mais Docteur pourquoi il ne me ressemble pas du tout?

- Ça arrive.

- Et ça dépend de quoi?

- Ça dépend de plusieurs facteurs.

- Ah les salauds, je m'en doutais!

 

 

 

La bèlo mèro dé Louïs.

 

La bèlo mèro dè Louïs bè dè mouri. Louïs bido soun oustal. Pièrrè sè sarro.

 

  • Pèlio dè Céchilo. A couos bé ana bité... E dè qu'abio ?

  • Dé qu'abio ? Ena taougo, douos sèlos, èn sèmblon dè buffé... Parè...

 

 

La belle mère de Louis

 

La belle mère de Louis vient de mourir. Louis vide sa maison. Pierre s'approche.

 

  • Pauvre Cécile. Ça a été bien rapide. Et qu'est ce qu'elle avait ?

  • Qu'est ce qu'elle avait ? Une table, deux chaises, un semblant de buffet... Rien...

 

Bertho

 

Es pas jiour qué mino dè rièn Bertho sé dibroulio pré dirabélia soun homé.

Sè lèbo.

- Dé qué fas? li faï Bertho.

- Téï di hier qué bouyo ana loura dé bouon' houro aqèsté mati. Shui èn ratard. Couo saro fa.

Et Pièrè part loura.

Arribo i chion et sè boutto a pleouré de pus en pus fouort.

Tourno a l'houstaou, saco sas bachos a l'establé et sé tourno ana jiairé.

- Toumbo dé couordos! faï a Bertho.

Bertho: - Et l'atrè nechi qu'es ana loura!

 

 

Traduction

Le jour n'est pas levé que mine de rien Berthe se débrouille pour réveiller son mari.

Il se lève.

- Qu'est ce que tu fais? lui demande Berthe.

- Je t'ai dit hier que je voulais aller labourer de bonne heure ce matin. Je suis en retard. Ca sera fait.

Et Pierre part labourer.

Il arrive au champ et il se met à pleuvoir de plus en plus fort.

Il retourne à la maison, rentre les vaches à l'écurie et va se recoucher.

Pierre - Il tombe des cordes!

Berthe - Et l'autre fou qui est allé labourer...

 

Lou braou.

 

Baptisto o èn braou qué faï dè miraclès.

Tout lou cantou i mèno sas bachos tagamèn les bèdèls soun brabés.

Mais faï pagua de maï en maï chièr.

Les païsons bon béïré lou mèro et lou mèro baï béïré Baptisto.

- La coumuno t'achiato toun braou.

- Lou bogué pas bèndré.

- Té bilarion lou pra dabon toun ousta... Très hectaros de bouono tèrro...

L'affairé sè faï.

Lou braou ès plassa chiè lou prémio adjoint.

Mais agacho pas pu las bachos.

Lou mèro tourno béïré Baptisto.

- Ou o pas jiamaï fa, coumprènè pas...

Et Baptisto baï béiré lou braou.

- Dè què t'arribo? Di pu luèn qué béjios èna bacho li courrios et ayaro nè bos paji et mè churo rondré aqèl pra!

S'èn baï quan èntèn lou braou qué di:

- Couosqué ayaro trabali pré la coummuno...

 

 Le taureau.

 

Baptiste a un taureau qui fait des miracles.

Tous les paysans du canton lui amènent leurs vaches tellement les veaux sont réussis.

Mais Baptiste les fait payer de plus en plus cher.

Les paysans vont voir le maire et le maire va voir Baptiste.

- La commune te l'achète, ton taureau.

- Il n'est pas à vendre.

 - On est prêts à te céder le pré devant ta maison, trois hectares de bonne terre.

L'affaire se fait.

Le taureau est en pension chez le premier adjoint.

Mais les vaches ont cessé de l'intéresser.

Le maire retourne voir Baptiste.

- Il n'a jamais fait ça, je ne comprends pas...

Et Baptiste va voir le taureau.

- Qu'est ce qui t'arrive? Du plus loin que tu voyais une vache tu y courais et maintenant tu ne veux plus en entendre parler. Il va me falloir rendre ce pré!

Il s'en va quand il entend le taureau qui dit:

- C'est que maintenant je travaille pour la commune...

 

 

Sidonie.

 

 

Shidonie o dès ons et expliquo a sa pitouoto souoré la secchualita.

- Pré abèdré èn éfon, té cha fa coumo las bachos, té lissa mounta déssoubré pré toun homé.

A couo sé faï coujiado. La bacho sé tè soubré sas pattos, tu saras alounjiado.

La maïré qué né perd pas uno branlo  la testo mais di parès.

Et Shidonie countunio.

- Pré abèdré d'arjin, té cha

- Shidonie!

 

Sidonie.

 

 

Sidonie a dix ans et explique la sexualité à sa petite soeur.

- Pour avoir un enfant, il te faut faire comme les vaches, te laisser monter dessus par ton mari.

Ca se fait couchée. La vache se tient sur ses pattes, toi tu seras couchée.

La mère qui n'en perd pas une secoue la tête mais ne dit rien.

Et Sidonie continue.

- Pour avoir de l'argent, il te faut

- SIDONIE!

 

 

L'ouor.

 

 

Bertho o chinq ons.

Damondo a sa mèro:

- Mamo, endou shui nichudo iou?

- Dinc èna roso ma drolo...

- Et moun fraïré?

- Dinc èn chiaou.

- Alors amé lou papa ou fasè tout lou téms dinc l'ouor?

 

 

Le jardin.

 

Berthe a cinq ans.

Elle demande à sa mère:

- Maman, où je suis née moi?

- Dans une rose, ma fille.

- Et mon frère?

- Dans un chou.

- Alors avec le papa vous le faites tout le temps dans le jardin?

 

 

L'agilité.

 

Baptisto gardo sas bachos quand arribo èna gamino èn béchiclèto soubré lou chiami.

Couos èna Parijièno qué passo l'estiou i bilatji.

Pré ébita lou chi dé Baptisto faï èn écart et saouto dé la béchiclèto. Raba sa jupo et èn paou jinado li faï:

- Vous avez vu mon agileté?

Et moun Baptisto:

-Natrès appélén acouo lou tafanari...

 

 

Traduction:

Baptiste garde ses vaches quand arrive une gamine à bicyclette sur le chemin.

C'est une Parisienne qui passe l'été au village.

Pour éviter le chien de Baptiste elle fait un écart et saute de la bicyclette. Elle rabat sa jupe et un peu gênée lui dit:

- Vous avez vu mon agilité?

Et mon Baptiste:

- Nous on appelle ça le derrière...

 

Le chevalier.

 

Un chevalier en armure sur son cheval caparaçonné arrive au village.

Il s'arrête devant la première maison et demande à la femme qui est sortie sur le pas de la porte de le loger pour la nuit.

Elle le regarde bouche bée.

Il descend alors de cheval et elle s'écrie:

- A couo sé dimouonto! Saca bous, saca bous sa couo sé dimouonto!

(-Ca se démonte! Entrez, entrez si ça se démonte!)

 

Racontée comme authentique

 

Lès shuppositouèros.

 

Pièrrè gardabo sas fédos lou long dè la routo qué baï de Chastèlnoou à Saougué quand bèï arriba l'auto di médéchi dé Gandriou. L'arresto.

- Disè, trahiné éna puto dé rhoumas desèmpèi quinzé jiours. Ouria pa èn ramèdi dé cops?

- Eï dè shuppositouèros. Couo sé bouto din l'anus, un lou mati et un lou bèspré.

- Merchi bièn, bous lés bendreï pagua la sémono qué bé.

Lou médéchi s'en baï et Pièrrè baï claouré sas fédos.

- Lou médéchi m'o bila èna poutinguo mais churio èn anus. Dé qué z'ès acouo?

Sa fenno né sa pas maï qué guèl... Baï béiré la béjino.

- Ouria pas èn anus a nous presta?

La béjino bo pas passa pr' èn atro. Sa pas dé qu' ès èn anus mais trobo èna souluchiou:

- La drolo n'abio besoun et l'o empourta à Mèndé ma paouro...

L'atré beji es lou Jiouzè. O fa lou rajimèn et sa dé qu' es èn anus mais sé damondo sa couo sario pas tabé ticon maï.

- Ero fouttu, l' éï eschampa...

La fenno dé nousté Pièrrè tourno à l'oustal.

- Dèndus n'o pas, d'anus. Sé né churo passa... Prèn mé aquellès ramèdis amè en paou d'aiguo.

Et Pièrrè prèn acouo coumo d'aspirino.

Lou lus d'après baï pagua lou médéchi.

- A couo bous o fa dé bé?

- Boustas poutinguos, mè las sario boutados i traou di cuol, a couo m'ourio fa lou mèmo effé!

 

Traduction:

 

Les suppositoires. (en occitan "candeletas", petites chandelles)

Pierre gardait ses moutons au bord de la route qui va de Châteauneuf à Grandrieu quand il a vu arriver la voiture du médecin.

Il l'a arrêté.

- Dites, je traine un sale rhume depuis quinze jours. Vous n'auriez pas un remède des fois?

- J'ai des suppositoires. Ca se met dans l'anus. Un le matin et un le soir.

- Merci bien, je viendrai vous les payer la semaine prochaine.

Le médecin s'en va et Pierre  va rentrer ses moutons.

- Le médecin m'a donné un remède mais il faudrait un anus. Qu'est ce que c'est?

Sa femme n'en sait pas plus que lui. Elle va voir la voisine.

- Vous n'auriez pas un anus à nous prèter?

La voisine ne veut pas passer pour idiote. Elle ne sait pas ce qu'est un anus mais elle trouve une solution.

- Ma fille en a eu besoin et elle l'a emporté à Mende ma pauvre...

L'autre voisin c'est le Joseph. Il a fait le régiment et il sait ce qu'est un anus mais il se demande si ce ne serait pas aussi autre chose.

- Il était fouttu, je l'ai jeté...

La femme de notre Pierre rentre chez elle.

- Personne n'en a, d'anus. Il faudra s'en passer. Prends moi ces remèdes avec un peu d'eau.

Et Pierre prend ça comme de l'aspirine.

Le lundi suivant il va payer le médecin.

- Ca vous a fait du bien?

- Vos remèdes, je me les serais mis dans le trou du cul, ça m'aurait fait le même effet!

 

La paré de la lièiso.

 

Baptisto baï se coufessa.

- "Mouchu lou curé j'ai fait amé la Philomèno ticon qui se doit faire pas qu'amé sa femme".

Lou cura:

-"Etait ce contre son gré?"

-"C'était couontré lou mur dé la lièiso..."

 

Traduction:

 

Le mur de l'église.

 

Baptiste va se confesser.

-"Monsieur le curé, j'ai fait avec la Philomène quelque chose qui ne doit se faire qu'avec sa femme."

Le curé:

-"Etait ce contre son gré?"

-"C'était contre le mur de l'église..."

 

La béchiclèto.

 

-"Sè ruchisis i certificat t'achatarèn èna béchiclèto", o proumètu soun pèro à Céchilo.

Et Céchilo o ruchi!

-"Ma drolo, la Markado o fa lou bédel creba, nous chia fa fa én toumbarèl noou qué lou bièl es fouttu, tè churo espéra l'on qué bé pré ta béchicleto..."

Céchilo es furiousi et baï fougna din la cour.

Béï lou jial qué caquo ène poulo, li traï èn bouon cop de pè:

-"Tu tabé moun homé marchiaras à pé!"

 

Traduction:

La bicyclette.

-"Si tu réussis au certificat on t'achètera une bicyclette" a promis son père à Cécile.

Et Cécile a réussi.

- "Ma fille, la Marquade a fait le veau crevé, il nous faut faire faire un tombereau neuf que le vieux est fouttu, il te faudra attendre l'année prochaine pour ta bicyclette."

Cécile est furieuse et va bouder dans la cour.

Elle voit le coq qui "caque" une poule, lui envoie un bon coup de pied:

-" Toi aussi mon gars tu marcheras à pied!"

 

Lou sènji.

 

Lou mèstré o expliqua es éfons qué tout mèstré qué éro, dabalabo d'en sènji.

Gabriello ou o di i cura.

A la messo, lou duminchi, lou cura abon de coummenssa soun proné :

- " Imario diré i mèstré d'escolo qué sas histouèros de familio enteressoun pas les éfons!"

 

Traduction:

Le singe.

Le maître a expliqué aux enfants que tout maître qu'il est, il descend d'un singe.

Gabrielle l'a dit au curé.

A la messe, le dimanche, le curé avant de commencer son sermon:

- "J'aimerais dire au maître d'école que ses histoires de famille n'intéressent pas les enfants!".

 

Lou bac...

Marcello o ruchi i bac et sa mèro es countento.

Précouo y o ticon qué baï pas, mais pas dé tout: Marcello èspèro en éfon...

- Mé fas bergougno! Dé qué baï diré lou moundé! Et couchi faras pré l'iléba?

- Aquel éfon m'o fa ruchi i bac mama! Mé pourtaro bounur!

- T'o fa ruchi i bac? Béléou bas pas?

- En philo dubion traita la raligiou, la sexualita et lou mystèré. D'en cop. La philo m'o soubado!

- Saïque?

- Oï, eï escrit "Moun diou, ka sa dé ka saro aquel éfon?" et eï aü bin!

 

Traduction:

Le bac.

Marcelle a réussi au bac et sa mère est contente.

Pourtant quelque chose ne va pas, mais pas du tout: Marcelle attend un enfant...

- Tu me fais honte! Qu'est ce que les gens vont dire! Et comment tu vas faire pour l'élever?

- Cet enfant m'a fait réussir au bac maman! Il me portera bonheur!

- Il t'a fait réussir au bac? Tu es folle?

- En philo on devait traiter la religion, la sexualité et le mystère. Ensemble. La philo m'a sauvée!

- Ah bon?

- Oui, j'ai écrit 'Mon Dieu, qui sait de qui sera cet enfant?" et j'ai eu vingt!

 

La pèsso dé chinq frans et lou béli dé millo.

 

Ena pèsso de chinq frans arribo i paradis.

Saint Pièrré la prèn, la mè dins dè coutou, la poutouno.

Arribo èn beli dè millo.

Sè trobo dinc èn nuachi, i diablé, s'enroumasso et sé ron couonté qué tout lou moundé l'aguacho d'èn salé èl.

- Dé qué bous ei fa? damondo a Saint Pièrré. Préqué la traita bièn et pas iou?

- Tu, t'abèn pas jiamaÏ bis a la messo!

 

Traduction:

La pièce de cinq francs et le billet de mille.

Une pièce de cinq francs arrive au paradis.

Saint Pierre la prend, la met dans du coton, l'embrasse.

Arrive un billet de mille.

Il se retrouve dans un nuage, au diable, il s'enrhume et il se rend compte que tout le monde le regarde de travers.

- Qu'est ce que je vous ai fait? demande-t-il à Saint-Pierre. Pourquoi vous la traitez bien et pas moi?

- Toi, on ne t'a jamais vu à la messe!

 

 

 

 


La dabinetto.

 

En d'aquel moumèn les éfons durmion soubèn din lou mèmo leï. Y abio belco d'éfons et pa prou de chiombros...

Lou pitouo coujiabo amé l'ina et l'empachabo de durmi, l'i pousabo cado bespré dé questious et dé questious...
 

"Aprèn mé acouo, aprèn mé isouo..."

En bespré lou bel l'i faï:
 

"Bouto ta testo sous lou dra, té boou aprèné à dabina."

Lou  pitouo bouto la testo sous lou dra et la rassouort bitamèn.
 

"Puto, as bechina!"

"As dabina!" li raspouon lou bel.



Traduction:

 

A cette époque les enfants dormaient souvent dans le même lit. Il y avait beaucoup d'enfants et pas assez de chambres...

Le cadet couchait avec l'aîné et l'empêchait de dormir, il lui posait chaque soir des questions et des questions.

-" Apprends moi ceci, apprends moi cela..."

Un soir, l'aîné lui dit:

" Mets ta tête sous les draps, je vais t'apprendre à deviner."

Le petit met la tête sous les draps et la ressort aussitôt.

" Putain, tu as pété!"

" Tu as deviné!" lui répond le grand.

  

 

La chiabro.

Baptisto es èn bièl garçou èn paou falè.

En jiour qu'o èna bacho magaouto, faï béni lou guérichur.

Lou guérichur èxamino la bestio peï li parlo a l'ourélio.

-Saï qué bous couprèn? li damondo Baptisto.

La bacho bromo.

-Sé mé coumprèn? M'o raspoundu!

-Et dé qué bous o di?

-M'o di qué sé manjiabo en pou maï sè pourtario meï.

Peï lou guérichur baï beïrè les pouors qué se metoun a jingla.

-Dé qué disoun? damondo Baptisto.

-Disoun qué lès pourios téné èn paou pu proprès.

Adounco lou guérichur beï la chiabro.

-Chiabrèto! faï lou guérichur.

Et moun Baptisto:

-L'escouta pas, mouchu lou guérichur, aquelo di pas qué dé mesounjios!

 

Traduction:

Baptiste est un vieux garçon un peu demeuré.

Un jour qu'une de ses vaches est malade, il fait venir le guérisseur.

Le guérisseur examine la bête et lui parle à l'oreille.

- Elle vous comprendrait? lui demande Baptiste.

La vache meugle.

- Si elle me comprend ? Elle m'a répondu!

- Et qu'est ce qu'elle vous a dit?

- Elle m'a dit que si elle mangeait davantage elle se porterait mieux.

Puis le guérisseur va voir les cochons qui se mettent à grogner.

- Qu'est ce qu'ils disent? demande Baptiste.

- Ils disent que tu pourrais les tenir un peu plus propres.

Alors le guérisseur voit la chèvre.

- Petite chèvre! dit le guérisseur.

Et mon Baptiste:

- Ne l'écoutez pas, Monsieur le guérisseur, celle-là dit que des mensonges!

 

 

 

Las bretellos.

Jian o pouda èn fraïssé maï y o prou pati...

Dabalo de l'abré et s'abiso qué o quita la bronchio la pu naouto...

"A couo la fou trop maou, ti cha tourna!"

Tourno mounta à l'abré, arribo à la chimo, monquo soun cop et sé trobo penjia din lou bidé, arruka à la broncho pré sas bretellos....

"Sé aquello puto de broncho péto, mè massacré soubré la pared i pè de l'abré!"

Et d'appella...

"Y o cooucus? Y o cooucus?"

Y o pas dendus et la broncho o craqua.

Jian débito èn "je vous salue", tourno appela " y o cooucus? Y o cooucus?" quand èntèn ena bouès:

"Desfaï tas bretellos, Jian, qué té faras maou à l'échino. Té boou ajuda. Bas a la messo cado duminchi, fas tas pachios, té boou pas abandouna. Eï embouya toun anji gardièn i pè de l'abré, t'ataparo din ses brases quand capusaras."

Et moun Jian dé crida:

"Y o cooucus maï?"

 

Traduction:

Jean a émondé un frène et pas sans mal.

Il descend de l'arbre et s'aperçoit qu'il a laissé la branche la plus haute.

"Ca fait trop mauvais effet, il faut que j'y retourne!".

Il remonte dans l'arbre, arrive à la cime, manque son coup et se retrouve suspendu dans le vide, accroché à la branche par ses bretelles...

" Si cette garce de branche pète, je me massacre sur le mur au pied de l'arbre!".

Et d'appeler...

- " Y a quelqu'un? Y a quelqu'un?"

Y a personne et la branche a craqué.

Jean débite un " je vous salue", appelle de nouveau "y a quelqu'un? y a quelqu'un," quand il entend une voix:

- " Défaits tes bretelles, Jean, tu vas te faire mal au dos. Je vais t'aider. Tu vas à la messe tous les dimanches, tu fais tes Pâques, je ne vais pas t'abandonner. J'ai envoyé ton ange gardien au pied de l'arbre, il t'attrapera dans ses bras quand tu tomberas."

Et mon Jean de crier:

- " Ya quelqu'un d'autre?"

 

L'eguo.

 

La bièlio Lalie bè dé mouri. En diablé sé n'iabio un. Couo bouyo pas èn cop de fujil.

O atapa èn cop de pè de l'èguo èn anèn apastura les lapins.

Lou jiour de soun èntaramèn souor de moundé de pertou.

La lièso es pa prou belo maï sé né monquo.

Lou lendémo, lou Pièrré atapo lou Léon.

-Dijio, té bogué damanda ticon.Ta bello méro éro ena garco fenido, préqué y abio ton de moundé a soun entaramèn?

-Eroun benus m'achata l'èguo... li raspouon lou Léon.

 

Traduction:

 

La vieille Lalie vient de mourir. Un diable s'il y en avait un! Ca valait pas un coup de fusil.

Elle a reçu un coup de pied de la jument alors qu'elle nourissait les lapins.

Le jour de son enterrement il sort du monde de partout.

L'église n'est pas assez grande même il s'en manque.

Le lendemain, le Pierre aborde le Léon.

- Dis, je veux te demander quelque chose. Ta belle mère était une garce finie, pourquoi il y avait autant de monde à son enterrement?

- Ils étaient venus m'acheter la jument... lui répond Léon.

 

 

Lou cura dé Sènto-Ferio.
 

Lou cura de sainto-Fério o èntèndu diré qué lou bièl Baptisto sé bantabo d'èstré ana èn ènfer et d'èstrè tourna bénu a la bido. Rabénéji a couo sé di...

"Té lou cha ana trouba, couo pouo pas dura... "sé di lou cura.

Li baï.

-Dé qué couontès qué chios ana èn enfer et tourna bénu? Shios nechi?

-A couos la bérita mouchu lou cura.


-As cujia mouri mais shios guéri, shios pas lou prémio et puleou qué dé diré dé néchijis farios bièn dé ramerchia lou bouon Diou.

-Shui ana en enfer mouchu lou cura et couos terrible. Li tournaréi pas.

-Té crésé pas mais s'ères ana en enfer coumo disès, ourios bis cooucus de counnissènso. As bis cooucus?


-Eï pas bis dendus de counnissenso.

-Et as parè entendu dire?

-Eï bé entendu diré ticon mouchu lou cura mais bous ou pouodé pa diré, a couo bous fario trop de péno.

-Dé kas entendu diré?


-Et bé en jiour es arriba en foutra de diablé amé dé grossos bonos, rouji dé feguro, amé ena fourcho et m'o foutu en bouon cop de pè i kio en cridèn: lebo té d'aqui noun dé Diou ka couos la placo di cura dé Sainto-Ferio!

 

Traduction:

Le curé de Saint-Symphorien.

 

Le curé de Saint-Symphorien a entendu dire que le vieux Baptiste se vantait d'être allé en enfer et d'être revenu à la vie. "Rabénéji" on dit.

Il me faut aller le trouver, ça peut pas durer... se dit le curé.

Il y va.

- Qu'est ce qu'il te prend de raconter  que tu es allé en enfer et revenu? Tu es fou?

- C'est la vérité Monsieur le curé.

- Tu as failli mourir mais tu es guéri, tu n'es pas le premier et au lieu de dire des bêtises tu ferais mieux de remercier le Bon Dieu.

- Je suis allé en enfer Monsieur le curé et c'est terrible. Je n'y retournerai pas.

- Je ne te crois pas mais si tu étais allé en enfer comme tu dis tu aurais vu quelqu'un de connaissance. Tu as vu quelqu'un?

- Je n'ai vu personne de connaissance.

- et tu n'as rien entendu dire?

- J'ai bien entendu dire quelque chose Monsieur le curé mais je ne peux pas le dire. Ca vous ferait trop de peine.

- Et qu'est ce que tu as entendu dire?

- Et bien un jour est arrivé un énorme diable avec de grosses cornes, rouge de figure, avec une fourche et il m'a donné un bon coup de pied au cul en criant: lèves toi de là nom de Dieu que c'est la place du curé de Saint-Symphorien!


Las truflos.

Desèmpei qué soun homé es mouort, la bièlio Lalie pèr la testo. En jiour qu’ amasso las truflos, né prèn douos din sas mos et sé biro bèï sa bejino:

-On dirio las colhas dé moun paouré Pièrré...

-Sai qué éroun pa to grossos, Lalie ? li fai l’aoutro.

-To grossos, nou, mais to salos oï!

 

Traduction:

Depuis que son mari est mort, la vieille Lalie perd la tête. Un jour qu'elle ramasse les pommes de terre, elle en prend deux dans ses mains et se retourne vers sa voisine:

- On dirait les couilles de mon pauvre Pierre...

- Elles n'étaient pas aussi grosses tout de même, Lalie? lui fait l'autre.

- Aussi grosses, non, mais aussi sales si!

 

 

 

 

 

Lou ramèdi.

 

Pièrrè es bious et cado satè baï i marcha dè Lèngouogno passa èn mèji' houro amè èna counnissènco.

Cado cop li quitto èn béli de dès millo soubré la taouguo de nèï.

En mati a couo marcho pas, mè pas dé tout!

-Bous fajia pas de méchion son, li faï sa counnissènco, a quo arribo, ou eï bis maï dèn cop.

Mais Pièrrè sè faï dé méchian son!

Lou cop d'après couo sé passo bièn mais hièr y o pas aü mouyen.

Béï passa soun béji et l'arresto.

-Di, té bogue damanda ticon, coumo couo sè passo amè ta fenno?

-Dé qué bos diré?

-Mè coumprènès bé? Pré tout tè diré, mè guardo ou prè tu, eï èna counnissènco à Lèngouogno et hier a couo o pas marcha... Et cha paga quand mèmo...

-A couo m'es arriba l'on passa, lou nebou es médéchi et m'o examina, a couo èro de fatiguo.

M'o bila dé cachis.

-Et ayaro couo marcho?

-Impecablè.

-Mè n'ourios pas èna bouèto d'aquèles cachis?

-Tè n'ouréï èna bouèto mais mè la pagaras, nè fon pas cadeau et couos pas ramboursa.

-Tè la pagarèï. Dijio, aquelles cachis, couro mé les cha prènè?

-Té lès cha prènè a la placo.

 

Le remède.

 

Pierre est veuf et tous les samedis, il va au marché à Langogne passer une demie heure avec une connaissance.

Chaque fois il lui laisse un billet de dix mille sur la table de nuit.

Un matin ça ne marche pas, mais pas du tout!

Ne vous faites pas de mauvais sang, lui dit sa connaissance, ça arrive, je l'ai vu plus d'une fois.

Mais Pierre se fait du mauvais sang!

La fois suivante tout va bien mais hier il n'y a pas eu moyen.

Il voit passer son voisin et il l'arrête.

-Dis, je veux te demander quelque chose, comment ça se passe avec ta femme?

-Qu'est ce que tu veux dire?

-Tu me comprends bien? Pour tout te dire, mais gardes le pour toi, j'ai une connaissance à Langogne et hier ça n'a pas marché... Et il faut payer quand même...

-C'a m'est arrivé l'année dernière, le neveu qui est médecin m'a examiné, c'était de la fatigue.
Il m'a donné des cachets.

-Et maintenant ça va?

-Impeccable.

-Tu m'en aurais pas une boite de ces cachets?

-Je t'en aurai une boite mais tu me la paieras, ils en font pas cadeau et c'est pas remboursé.

-Je te la paierai. Dis, ces cachets quand est ce qu'il me faut les prendre?

-Il te faut les prendre à la place.

 

 

 

 

L'hèspita.

 

Pièrré o quatré bingt ons et o fa èn infractus.

Es à l'hèspita.

Baptisto lou baï béiré.

- Et coumo l'as trouba? li damondo sa fénno.

- Mé né parlès pas, eï pas cujia lou racouneissé!

- O ton perdu qu'aquo?

- Noun pas, noun pas mais coumprènès... l'on laba...

 

Traduction

 

Pierre a quatre vingts ans et a fait un infarctus.

Il est à l'hôpital.

Baptiste va le voir.

- Comment tu l'as trouvé? lui demande sa femme.

- Ne m'en parle pas, j'ai pas failli le reconnaître.

- Il a tellement perdu?

- C'est pas ça, c'est pas ça.. Tu comprends, ils l'ont lavé...

 

Son titré...

- Créïdo ta fènno quand faï l'amour?

- Sé créïdo? L'entèndè di bistrot!

 

Traduction.

-Elle crie ta femme quand elle fait l'amour?

-Si elle crie? Je l'entends du bistrot!

 

Pièrrè.

 

Pièrrè né touort pas uno.

O mèmo pas loura sès chions.

Ou laïsso tout dépéri.

Baptisto li faï la mouralo:

- Dè bouono terro coumo as, fas bergougno!

- Bo parè la terro ichi.

- Dé qué? Mais sé plantabes

Pièrrè li copo la paraoulo.

- Ah, sé plantabé...

 

Pierre.

 

Pierre ne tord pas une paille.

Il n'a même pas labouré ses champs.

Il laisse tout dépérir.

Baptiste lui fait la morale.

- Des bonnes terres comme tu as, tu fais honte.

-  Elle ne vaut rien la terre ici.

- De quoi? Mais si tu plantais

Pierre lui coupe la parole:

- Ah si je plantais...

 

I médéchi.

 

Baptisto et sa fènno Lalie bont i médéchi.

Baptisto bo pa passa èn mèmo tèns qué guélo, coumo d'habitudo.

- Pasaras après tu!

Lou médéchi l'examino peï li damondo préqué o pas bouü passa amè sa fènno.

- Saïqué abè pa dè sécrèsès après quarant'ons de bido coummuno...

- Ei aü poou qué sè mouqué dé ïou, faï Baptisto. Mé cha bous parla dé ticon qué m'ès arriba aquesto nèï...

-Dè qué bous ès arriba?

- Shui ana i cabinet et la lumièro s'es atubado quand shui èntra, s'ès tuado quand shui sourti.

- Cou os nourmal.

-Noun pas! Eï pa toucha lou boutou! S'es atubado et tuado souguetto!

- Y o pas èn mécanismo?

- Y o èn boutou!

- Coumprènè pas mè ténè mè i courèn s'a couo tourno arriba.

Baptisto s'en baï et Lalie èntro.

Lou médéchi l'examino peï li faï:

- Coumo s'atubo boustè cabinet?

- Am'èn boutou pardi! Préqué mé damanda aquo?

- Ni parlachia pas mais boust' omè sé faï dé souchi: aquesto nèï la lumièro sé sario atubado souguo et tuado souguo quand ès anna i cabinet...

- Aquello puto m'o tourna pissa i frigo!

 

Chez le docteur.

 

Baptiste et sa femme Eulalie vont chez le médecin.

Baptiste ne veut pas qu'il les reçoive ensemble comme d'habitude.

- Tu passeras après, toi!

Le médecin l'examine puis lui demande pourquoi il n'a pas voulu consulter en même temps que sa femme.

- Vous n'avez tout de même pas de secret après quarante ans de vie commune.

- J'ai eu peur qu'elle se moque de moi. Il me faut vous parler de quelque chose qui m'est arrivé cette nuit.

- Qu'est ce qui vous est arrivé?

- Je suis allé au cabinet et la lumière s'est allumée quand je suis entré et s'est éteinte quand je suis sorti.

- C'est normal.

- Non c'est pas normal. Je n'ai pas appuyé sur le bouton, elle s'est allumée et éteinte toute seule!

- Y a pas un mécanisme?

- Y a un bouton!

- Je ne comprends pas mais tenez moi au courant si ça se reproduit.

Baptiste sort et Eulalie entre.

Le médecin l'examine puis lui demande:

- Comment on allume dans vos toilettes?

- Y a un bouton pardi... Pourquoi vous me demandez ça?

- Ne lui en parlez pas mais votre mari se fait du souci: cette nuit la lumière se serait allumée et éteinte toute seule quand il est allé au cabinet.

- Cette pute m'a encore pissé au frigo!

 

 

Suite page 2